En cours

QuêteDÉternité

Quête d'éternité (Filles de lune #4)  - Elisabeth Tremblay

Relecture presque finie, je vais pouvoir lire le dernier tome.

 

 

***********

16/06/2012

Bon, l'été a fait son apparition dans nos lointaine contrées!

Et j'ai perdu le contrôle de ma PAL alors que je n'achète pas de livres.

Cherchez l'erreur... :D

 

 

 

 

************

21/03/2012 : 180 livres

Pour voir ma PAL et ma LAL

Find me on FB

Ma vie fascinante de LCA

 

 

Défis de l'année 2010

 

Une année en Russie 

Le défi

Le récapitulatif des billets


Défi English Classics de Karine

 

Défi Lire en VO de Bladelor

 

CHALLENGE-2-EUROS.jpgDéfi Folio 2 euros de Cynthia


*************************************

Défis de l'année 2011

 

Une année en Russie, édition 2011

LogoUneAnnéeEnRussie

Le billet récapitulatif

 

 

 

 

rrc2011large  Romance Reading Challenge 2011

  (5/5)

 

logofindeserierbordeau

Fin de séries

 

chateau13bis

Vie de château  

Le défi

  Le récapitulatif

Les idées de lecture 

  (6/8)

 

****************

Les défis de l'année 2012


Logo OnceUponATime

Once Upon A Time...

Le défi

Le récapitulatif

Rechercher

Syndication

  • Flux RSS des articles

Littérature contemporaine

Lundi 15 février 1 15 /02 /Fév 21:08

LenfantdEmma.jpg


En une seconde, la vie d'Emma vire au cauchemar. Les portes du métro se referment sur Ritchie, son fils de 13 mois, alors qu'elle reste sur le quai. Emma s'effondre. Heureusement, une femme dans la rame vient à sa rescousse et Emma retrouve son enfant à la station suivante. Mais le soulagement fait vite place à l'horreur car l'inconnue disparaît ensuite, emmenant Ritchie avec elle. Emma a beau appeler à l'aide, la police refuse de la croire. A-t-elle vraiment un enfant ? L'a-t-on réellement enlevé? Emma ne peut alors compter que sur elle-même pour tenter de retrouver son fils, quoi qu'il lui en coûte...

 

 

*****************************

 

 

Avant de vous parler de ce roman, je dois vous dire que je ne sais pas si je l’aurais lu si ma maman ne me l’avait pas prêté, parce que c’est un sujet qui est quand même difficile. Mais je connais bien ma maman et si elle a aimé, c’est que ça devait être « facile » à lire, malgré tout. J’ai donc dit oui quand elle m’a proposé de me le prêter. Et ma foi, même si ça vous semble bizarre, j’ai vraiment aimé ce roman.

 

Ce roman raconte l’histoire d’Emma, mère célibataire qui se bat pour élever son fils, seule, à Londres. Le père du bébé est parti au début de sa grossesse et elle n’a plus ses parents ; ses seules amies se sont éloignées d’elle au début de sa grossesse. Emma tente donc comme elle peut d’offrir une vie à son enfant, avec les revenus de l’aide sociale. Un beau jour, au retour d’une promenade, arrive la chose la plus horrible qui soit pour une mère. Son fils est enlevé quasiment sous ses yeux. Désespérée, Emma hurle pour demander de l’aide. Mais personne ne vient à son secours et quand enfin la police arrive, les inspecteurs ne trouvent rien de mieux que de mettre en doute sa parole. Est-elle sûre d’avoir un enfant ? Aucun témoin ne l’a vu. Quelqu’un d’autre peut-il confirmer l’existence de Ritchie ? Quand enfin son médecin traitant confirme que l’enfant existe bel et bien, Richard a disparu depuis plusieurs heures déjà et Emma ne sait plus que faire pour le retrouver. Commence alors pour elle un calvaire sans nom qui la mènera sur les routes de France en compagnie d’un inconnu avec l’espoir de retrouver la trace de son fils…

 

Chers lecteurs, ce roman est fort. Très fort. Après avoir fait quelques recherches sur Internet, je me rends compte que beaucoup de lectrices ont le même avis que moi. Car malgré son sujet douloureux, ce livre est passionnant, fascinant, addictif. Rempli d’émotions à chaque page. Deux soirs, c’est le temps qu’il m’a fallu pour lire les quelque 400 pages d’émotions à l’état pur que contient ce roman. Mais pour être totalement honnête avec vous, chers lecteurs, je pense que le fait de ne pas être mère moi-même m’a permis d’aborder ce roman au sujet si difficile avec plus de facilité. Si j’avais eu un enfant, je ne suis pas sûre que j’aurais eu le courage ne serait-ce que d’ouvrir la première page. Mais comme ce n’est pas le cas, j’ai pu aborder ce roman avec un peu moins de craintes. Ajoutez à cela que je savais que le roman se finissait bien et vous saurez comment j’ai pu survivre à cette angoisse sans nom que ressentait Emma.

 

Dans un style vivant, sans fioriture ni fausse pudeur, Abbie Taylor explore, emportant le lecteur avec elle dans cette exploration, la complexité de la maternité, ses joies mais aussi ses moments de doute, de rejet de l’enfant. Le questionnement de toute mère célibataire sans revenu, qui se demande comment elle va bien pouvoir donner à manger à son fils, la fatigue de s’en occuper seule, sans aide. Les nuits blanches, les promenades, l’émerveillement devant le développement. Et l’angoisse d’une mère à qui on a enlevé son fils et qui se battra pour le retrouver, même si cela implique de contrevenir aux lois établies.

 

Un roman très beau, riche en émotion, qui m’a tenue en haleine quelques heures. Une lecture que je ne regrette absolument pas, malgré la difficulté du sujet. Merci maman !

 

(Titre original) Emma’s baby

(Traduction) L’enfant d’Emma

Abbie Taylor

4,5 /5

Par Pimpi - Publié dans : Littérature contemporaine
Ecrire un commentaire - Voir les 10 commentaires
Vendredi 22 janvier 5 22 /01 /Jan 15:30

bookoftomorrow


Tarama Goodwind a toujours vécu dans l'instant présent, sans jamais penser à demain. Jusqu'à ce qu'un jour, une bibliothèque ambulante arrive dans le petit village dans lequel elle vit, apportant avec elle un grand livre mystérieux, relié de cuir et verrouillé d'un cadenas.

 

Ce qu'elle découvrira à l'intérieur des pages va lui couper le souffle et renverser son monde...

 

Une histoire fascinante sur la manière dont demain peut changer aujourd'hui...

 

(traduction personnelle de la quatrième de couverture)

 

****************

 

J’ai envie de découvrir Cecilia Ahern depuis assez longtemps, mais je n’avais jamais sauté le pas. Il a fallu une petite attention de Fashion pour qu’un roman de l’auteure trouve son chemin jusqu’à ma PAL, et quelques jours de vacances, pour que je le lise…

 

Ce n’était pas du tout ce à quoi je m’attendais. Sincèrement. Je pensais que je lirais un roman à tendance sentimentale, un peu dans la veine de Marian Keyes. Mais en fait, ce n’est pas du tout ce dont il est question ici!

 

Dans ce roman, il est question d’une adolescente, Tamara, qui, suite au suicide de son père, se voit obligée d’aller emménager chez le frère de sa mère, avec celle-ci. Sa mère, complètement assommée par les événements, limite catatonique, ne sort jamais de sa chambre.

D’une vie particulièrement branchée, Tamara passe à une vie de campagne, où il n’y a rien à faire. Cherchant ses repères, elle tombe sur une librairie ambulante, où un livre mystérieux lui saute quasiment littéralement dans les mains. Un livre fermé par un cadenas. Ce livre, elle l’ouvrira, et ce qu’elle y découvrira changera pour toujours sa vie et sa manière d’aborder le quotidien… et bien plus que cela encore.

 

Mmmm. Comment vous parler de ce roman, de ce qu’il renferme, sans vous dévoiler des choses que je n’ai pas envie de vous dévoiler? Ce roman est plus profond que ce que le résumé dit, plus profond que ce que je vous dis aussi. On y apprend des secrets de famille, on y découvre comment Tamara essaiera de sortir sa mère de son état catatonique dans lequel l’a plongé le suicide de son mari, que rien ne semblait annoncer. Tamara est une jeune fille qui ne sait plus à qui parler, comment vivre. Elle se rend compte de la superficialité de sa vie d’avant, mais elle ne s’adapte pas à sa nouvelle vie. Elle cherche qui elle est, qui sont les autres. Son monde s’est complètement effondré un beau matin et elle a perdu pied. L’agressivité, le cynisme, l’ironie, sont ses seules armes dans ce monde qu’elle ne connaît pas. Bien malgré elle, elle fait du mal, elle ne sait faire que ça. Sa conscience la travaille, elle se cherche…

 

Indéniablement, ce fut une très belle découverte. Un livre que j’ai vraiment beaucoup apprécié et qui m’incite à aborder le roman de Cecilia Ahern que je voudrais lire mais qui me fait si peur en même temps, PS : I love you…

 

Un grand merci à toi, Fashion, pour cette découverte et ce cadeau…

 

The Book of tomorrow

(je ne sais pas s’il a été traduit en français, je ne suis pas sûre)

Cecilia Ahern

4/5

 

*****************

 

ObjectifPAL.jpgCe roman entre dans le cadre du défi Objectif PAL.

 

LireEnVO.jpgEt du défi Lire en VO.

Par Pimpi - Publié dans : Littérature contemporaine
Ecrire un commentaire - Voir les 10 commentaires
Jeudi 14 janvier 4 14 /01 /Jan 00:30

LaDelicatesse.jpg


Il passait par là, elle l'avait embrassé sans réfléchir. Maintenant, elle se demande si elle a bien fait. C'est l'histoire d'une femme qui va être surprise par un homme. Réellement surprise.

 

La délicatesse est le huitième roman de David Foenkinos. Il a publié notamment Le potentiel érotique de ma femme et les séparations. Ses livres sont traduits en plus de quinze langues.

 

*************************

 

C’est Caroline qui a décidé de me faire connaître son auteur chouchou. J’avais déjà mentionné mon envie de lire ce roman sur son blog et elle n’a pas hésité à m’en faire cadeau quand je suis rentrée en France il y a de cela quelques mois ! J’ai profité de mes vacances pour me plonger dedans… avec un délice sans nom !

 

Ce roman, je l’aime d’amour, je le chéri, je le vénère. C’est un roman selon mon cœur, un roman qui m’a fait du bien et du mal en même temps, un roman qui m’a émue au plus haut point, un roman qui a fait remonter plein de peurs à la surface, mais aussi plein de joies. J’ai ri et j’ai pleuré, j’ai souri et j’ai été attendrie.

 

Ce roman aura été mon dernier coup de cœur de l’année 2009. Un vrai grand et beau coup de cœur. Un roman que j’ai lu le cœur battant, en deux heures. Dès la première page, j’ai su que lui et moi étions fait pour nous rencontrer et nous entendre. Il ne m’a pas fallu deux minutes de lecture pour sentir le coup de cœur poindre.

 

Bon, tout ça, c’est pas constructif, je sais, il faudrait quand même que je vous parle du contenu, que je vous explique pourquoi ce roman m’a autant touchée !

C’est l’histoire d’une femme qui perd son mari dans un accident, un accident tout bête, un accident de la route. Un sujet difficile, pour moi, car c’est ma plus grande peur dans la vie. Donc dès le début, ce roman est venu me chercher là où ça fait mal. Puis, le roman raconte comment cette femme se plonge dans le travail pour oublier sa douleur, et comment un homme banal, presque transparent, un homme tellement invisible que même les patrons ne se rendent pas compte qu’il est là, comment cet homme, donc, va l’aider à sortir de cette situation et lui réapprendre à vivre et à aimer. C’est beau, non ?

 

J’ai donc vraiment vraiment aimé l’histoire, toute en douceur, en délicatesse, ce réapprentissage de la vie. Sans être guimauve, ce livre n’est pas dépourvu de romantisme, mais le romantisme est juste bien dosé, il ne vient pas gâcher le propos de l’auteur. J’ai aimé aussi les encarts, plus ou moins pertinents, qui s’intercalent entre deux chapitres pour nous donner des informations aussi indispensable que les résultats des matchs de foot de ligue 1, je crois. Sans oublier les notes de bas de page qui nous informent, par exemple, des diverses caractéristiques des personnes portant le prénom Alice… de petits détails, certes, mais qui participent à l’humour ambiant, présent, discrètement, certes, mais bien présent, dans tout le roman.

 

Je ne sais comment vous parler de ce roman, chers lecteurs, vous donner envie de le lire. J’ai toujours du mal à parler des livres qui m’ont le plus touchée, qui sont venus me chercher si profondément. Ce livre m’a marquée, il restera toujours dans mes coups de cœur. Il m’a faut du mal et du bien, il m’a fait ressentir tellement d’émotion au cours de ma lecture que je peux pas l’oublier…

 

Merci encore du fond du cœur, Caroline, pour avoir partagé ton auteur chouchou avec moi !!!

 

La délicatesse

David Foenkinos

5 /5

 

***************************

 

ObjectifPAL.jpgCe roman entre dans le cadre du défi Objectif PAL.

 

Par Pimpi - Publié dans : Littérature contemporaine
Ecrire un commentaire - Voir les 12 commentaires
Samedi 29 août 6 29 /08 /Août 01:00



Une enfant abandonnée... Sur un bateau en partance pour l’Australie, une petite fille de 4 ans se cache, terrorisée. Elle ne doit pas parler, pas bouger. Elle attend la conteuse, une femme mystérieuse qui lui a assuré qu’elle reviendrait. Mais le navire lève l’ancre et la conteuse n’est pas revenue...

 

Un terrible secret... La nuit de son vingt-et-unième anniversaire, une bouleversante révélation change la vie de Nell à jamais. Des années plus tard, elle part en Angleterre, à la recherche de ses origines...

 

Un étrange héritage... À la mort de sa grand-mère, Cassandra hérite d’un mystérieux cottage en Cornouaille dont le jardin secret pourrait bien apporter les réponses au mystère d’une petite fille abandonnée... 

 

**********************

 

Je n’aurais jamais lu ce livre si ma maman, lorsqu’elle est venue me rendre visite au printemps dernier, ne me l’avait  pas laissé (avec un copain à lui… deux, c’est mieux), en me disant qu’elle aimerait bien mon avis sur ce livre. Alors là, devant tout le monde, je te dis merci, maman, parce que ce livre, je l’ai adoré !!

 

Dans ce roman, nous suivons en parallèle les destins croisés de plusieurs personnes : celui de Nell, une petite fille trouvée par une famille australienne dans un port, en 1913. Elle semble avoir fait le trajet sur le bateau qui vient d’accoster avec à son bord de nombreux immigrants, mais elle a complètement perdu la mémoire et ne peut même pas dire son nom. Lorsque la vérité sur son identité lui est révélée, elle a 21 ans. Elle encaisse la nouvelle mais change à jamais. Bien plus tard, elle entreprend de découvrir qui elle est et qui sont ses parents, avec pour tout indice une petite valise blanche, qu’elle avait avec elle sur le bateau, et un nom… La Conteuse.

 

Nous suivons également le destin de Cassandra, en 2005, petite-fille de Nell. Sa grand-mère vient de décéder en lui léguant une petite maison en Cornouailles. Après avoir appris le mystère qui entoure la naissance de sa grand-mère, elle suit les pas de cette dernière sur les traces de son identité…

 

Petit à petit, à mesure que Nell et Cassandra découvrent, à 30 années de distance, le secret de l’identité de Nell, on découvre le destin de sa famille. Eliza Makepeace, Rose Mountrachet, Nathaniel Walker… quelques uns des noms qui ont eu beaucoup d’importance dans la vie de Nell et qui ont scellé son destin. Petit à petit, à force d’aller et retour entre les années 1900, les années 1970 et l’année 2005, se démêlent des fils emmêlés depuis des décennies et le lecteur apprend comment la petite Nell s’est retrouvée seule, abandonnée, sur un bateau en partance pour l’Australie…

 

Un roman que j’ai donc vraiment beaucoup aimé, chers lecteurs. J’ai toujours un faible pour les histoires de secrets de famille, les romans construits sur un parallèle entre plusieurs époques, j’aime voir le destin de plusieurs personnes se décider en même temps, comprendre le pourquoi du comment, petit à petit. L’auteur a judicieusement construit son roman pour que chaque chapitre qui se termine donne envie de lire le suivant, les faits se dévoilent petit à petit et on a vite fait de se trouver pris dans l’histoire de cette famille et de ses terribles secrets, de tourner les pages avec fébrilité pour savoir si oui ou non, ce que l’on soupçonne s’est vraiment passé…

 

Sans oublier la présence des contes, qui se fait beaucoup sentir partout dans le roman !

 

Un roman prenant et fort en émotions, donc, chers lecteurs, que je ne regrette pas le moins du monde d’avoir lu. Une très belle découverte et une auteure que je vais suivre, assurément. Merci, maman !!!

 

The Forgotten garden

Le Jardin des secrets

Kate Morton

France Loisirs

746 pages

4,5 /5


Il va se soi que la lecture de ce roman ne change en rien l'état de ma PAL... puisque c'est un prêt!

Par Pimpi - Publié dans : Littérature contemporaine
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mardi 25 août 2 25 /08 /Août 20:38

Et si Peter Pan se cachait derrière Jack l’Éventreur ?

Voilà l’une des ténébreuses hypothèses de Pierre Dubois.

Imprégné des personnages des frères Grimm ou de Charles Perrault, il se livre ici à une réécriture un tantinet diabolique des contes ayant bercé notre enfance.

Machiavélique, le mariage improbable des contes de fées avec le roman policier produit des monstruosités, des vengeances fatales de personnages depuis toujours persécutés : Cendrillon, lolita victime d’un prince héritier, la Belle au bois dormant, otage pathétique d’un époux déséquilibré. Inspirant la mise en scène macabre d’un tueur en série qui opère au cyanure, Blanche-Neige pose une énigme à C. Marmaduke Perthwee, fantastique détective des contes de fées qui sait faire parler les nains de jardin, troublante signature du meurtrier.

Rondement troussés par l’elficologue Pierre Dubois, Les Contes de crimes exhalent la musique envoûtante de ce familier « Merveilleux Voisinage ». Noirs à souhait, ils font aussi entendre un humour sardonique qui fait frissonner.

 


C’est Dda, du  Biblioblog, qui m’a donné envie de lire ce livre. Je ne sais pas si vous vous en souvenez, chers lecteurs, mais j’aime bien les contes, surtout ceux des frères Grimm, que je trouve (et à juste titre) moins rose bonbon que les versions de Perrault (que j’aime également beaucoup, que l’on n’aille pas se méprendre).

 


Dans ce recueil de nouvelles, les contes sont utilisés comme inspiration pour des meurtres plus sordides les uns que les autres et qui donnent du fil à retordre à un personnage récurrent dans plusieurs contes : Perthwee, le détective de choc (et de charme, qui sait ?) qui décrypte les meurtres et trouve le meurtrier plus vite que l’éclair… C’est ainsi que l’on apprend comment, derrière Jack l’Eventreur, se cache en fait Peter Pan (je ne vous dévoile rien, le titre du conte est lui-même la révélation), comment on voit une Cendrillon assassiner un prince qui, dans un élan de lubricité, a voulu profiter de sa naïveté. Comment un homme s’inspire du conte de la Belle au bois dormant pour assassiner sa femme et ce qu’il est advenu de lui…

 


Dans une langue magnifiquement belle qui n’est pas dépourvue d’un certain humour (noir, il s’entend), Pierre Dubois reprend les contes de notre enfance pour les assaisonner à la sauce policière et nous servir une brochette de contes de crimes tous plus cyniques et grinçants les uns que les autres, délicieusement épicés sans pour autant être agressifs.

 


Bien entendu, j’ai mieux aimé certains contes que d’autres. Par exemple, Cendrillon, qui reste un de mes contes préférés depuis toujours (avec La Belle et la Bête, même s’il n’est pas de Grimm), arrive en tête. Le conte de Rapunzel aussi, était très bien. J’ai moins aimé le conte de l’amandier, et aussi Blanche-neige…

 


En bref, chers lecteurs, un livre que je suis ravie d’avoir lu et qui se trouve être globalement un pur bonheur de lecture, tant pour la qualité du sujet que pour la beauté et la maîtrise de la langue française, à laquelle Pierre Dubois rend un hommage tout aussi important qu’aux contes… A lire, indéniablement, chers lecteurs !

 


Et parce que je vous aime bien, je vous donne la liste des contes que l’on y trouve, histoire de vous appâter…

La belle au bois dormant

Riquet à la houppe

Cendrillon

Le conte de l’amandier

Rapunzel

Barbe de grive

Peter Pan

Petite table, couvre-toi

Le petit chaperon rouge

Blanche-neige

 

 

Les Contes de crimes

Pierre Dubois

Ed. Hoëbeke, Bibliothèque Elfique

257 pages

4 /5

Livre emprunté à la bibliothèque et lu avant le début du défi Objectif PAL... donc, PAL en standby pour le moment...

Par Pimpi - Publié dans : Littérature contemporaine
Ecrire un commentaire - Voir les 12 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés