En cours

QuêteDÉternité

Quête d'éternité (Filles de lune #4)  - Elisabeth Tremblay

Relecture presque finie, je vais pouvoir lire le dernier tome.

 

 

***********

16/06/2012

Bon, l'été a fait son apparition dans nos lointaine contrées!

Et j'ai perdu le contrôle de ma PAL alors que je n'achète pas de livres.

Cherchez l'erreur... :D

 

 

 

 

************

21/03/2012 : 180 livres

Pour voir ma PAL et ma LAL

Find me on FB

Ma vie fascinante de LCA

 

 

Défis de l'année 2010

 

Une année en Russie 

Le défi

Le récapitulatif des billets


Défi English Classics de Karine

 

Défi Lire en VO de Bladelor

 

CHALLENGE-2-EUROS.jpgDéfi Folio 2 euros de Cynthia


*************************************

Défis de l'année 2011

 

Une année en Russie, édition 2011

LogoUneAnnéeEnRussie

Le billet récapitulatif

 

 

 

 

rrc2011large  Romance Reading Challenge 2011

  (5/5)

 

logofindeserierbordeau

Fin de séries

 

chateau13bis

Vie de château  

Le défi

  Le récapitulatif

Les idées de lecture 

  (6/8)

 

****************

Les défis de l'année 2012


Logo OnceUponATime

Once Upon A Time...

Le défi

Le récapitulatif

Rechercher

Syndication

  • Flux RSS des articles

Manga, BD

Mercredi 2 décembre 3 02 /12 /Déc 01:00



Vienne, 1908.

Dimitri, un jeune chanteur d'opéra, se relève inexplicablement d'un accident mortel. Peu après, suicides et autres morts étranges se multiplient dans son entourage. Quand un mystérieux personnage l'approche avec de terrifiantes révélations, Dimitri prend conscience que quelque chose en lui est en train de changer...

 

Tokyo, 2008.

Azusa, une jeune enseignante japonaise, vit une douloureuse aventure avec un de ses élèves, jusqu'au jour où un événement dramatique vient bouleverser son existence.

 

Setona Mizushiro revisite le mythe du vampire dans un opéra macabre par delà le temps et la mort.

 

 

*************************

 

C’est un manga que Karine avait inclus dans le Bloody Swap et entre deux lectures communes, je me suis dit que c’était le bon moment pour le lire ! Alors avant de dire ce que j’en ai pensé, qu’est-ce qu’on dit quand on est polie ? Merci Kariiiiiiiiiiiine !!!

 

Bon, alors hormis Vampire Knight, série que j’adore, je lis assez peu de manga (j’aime bien, mais c’est tellement cher que ça m’embête toujours un peu de commencer une série). Donc je n’y connais absolument rien.

 

Ce manga revisite le mythe du vampire. Le héros, c’est Dimitri, un chanteur d’opéra à la voix enjôleuse. L’histoire se passe à Vienne, au début du XXè siècle. Un beau jour, Dimitri est victime d’un accident, dont il réchappe on ne sait comment, d’autant plus que les médecins l’avait déclaré mort… sauf que bon, peu de temps après, il rencontre une personne qui lui apprend que lors de son accident, il a recueilli la petite graine de vampire de son maître adoré… petite graine grâce à laquelle il peut émettre une note très précise et se rendre maître des personnes (qui généralement se suicident dans la foulée en guise d’hommage à sa personne…). On s’en doute, au début, il n’y croit pas, puis, il se rend compte que cet étrange personnage a dit vrai.

 

Les événements se précipitent et il survient une chose horrible.

 

Le manga saute alors à l’époque suivante, au japon, un siècle plus tard. Là, la mangaka met en scène une histoire d’amour entre une professeur et un élève. Une histoire vouée au drame… c’est là que refait surface Dimitri, avec une proposition pour le moins étonnante…

L’histoire s’arrête alors sur un cliffhanger qui donne très envie de lire la suite.

 

Il y a pas mal de choses qui me plaisent dans ce manga. Le héros est torturé à souhait, sombre et bourré de défaut. Il n’a rien du jeune premier ingénu, bien au contraire. Il aurait plutôt tendance à être cynique et profiteur, voire dénué de scrupules. Je suis curieuse de savoir comment son personnage va évoluer, surtout vu la situation dans laquelle on le laisse à la fin de ce premier tome.

 

Il y a aussi Vienne. La première partie du manga se déroule à Vienne et j’y ai vécu quelques mois, dans cette magnifique ville pleine d’histoire ! Alors j’ai aimé reconnaître dans le manga les rues dans lesquelles je me suis si souvent promenée, le Stefansdom et l’intérieur de l’opéra national. Franchement, on voit tellement peu Vienne dans les mangas et dans les romans en général que ce détail à lui seul m’a enchantée.

 

A côté de cela (parce que vous vous doutez bien, vu ma réserve, que je ne suis pas complètement conquise), certaines choses ne me plaisent que moyennement. D’une part, je n’aime pas tellement les bouches des personnages, qui sont beaucoup trop grandes à mon goût… je sais, c’est purement superficiel, mais ça m’a vraiment dérangée…

 

Et puis, l’élément qui me dérange vraiment beaucoup, c’est la manière dont les vampires se nourrissent dans ce manga. Il faut que je vous dise que je suis arachnophobe (d’ailleurs, je conseille à toutes celles qui sont comme moi de ne pas lire la suite… et de ne pas lire le manga. Faites-moi confiance, vous ne voulez pas savoir pourquoi…).

Et dans ce manga, les vampires se nourrissent à l’aide d’insectes qui leur sortent de la bouche, qui vont boire le sang et qui reviennent dans leur bouche après… et la première fois que j’ai vu de grosses mygales sortir de la bouche de Dimitri et lui courir partout sur le corps, par dizaines, j’ai cru mourir. J’en ai encore des frissons rien que d’y repenser… Et il ne se contente pas des araignées ! Tous les insectes y passent ! Quelle horreur !

C’est quand même un frein sérieux à la poursuite de la lecture, ça, je vous l’assure !!

 

En conclusion, je suis dubitative. Je ne sais pas encore si je vais continuer. Je sais que ce manga semble plaire, que la mangaka a eu beaucoup avec toutes ses séries (l’Infirmière après les cours, Diamond Head, etc.), mais moi, j’ai eu du mal à accrocher… Malgré l’histoire d’amour intemporelle, malgré l’esprit torturé de Dimitri, malgré la seconde histoire, dont j’aimerais bien connaître le développement… j’hésite, pour la raison énoncée plus haut…

 

Black Rose Alice

Setona Mizushiro

 

**********************************

 

Je remercie encore une fois beaucoup Karine pour m’avoir offert ce manga dans le cadre du Bloody Swap!!!

 

Ce livre a été lu dans le cadre du défi Objectif PAL! Yeah!

 

Par Pimpi - Publié dans : Manga, BD
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Jeudi 23 juillet 4 23 /07 /Juil 23:39

Au printemps 1770, l’archiduchesse Marie-Antoinette, fille de l’impératrice d’Autriche Marie-Thérèse de la famille des Habsbourg se marie à 14 ans en France avec un Bourbon. Protégée par le capitaine de la garde royale, Oscar François de Jarjayes, qui n’est autre que la fille cadette d’une respectable famille de soldats, Marie-Antoinette se rend un jour à un bal masqué à l’opéra. Elle y rencontre un gentilhomme suédois, Axel de Fersen et en tombe amoureuse. Ils ont tous les trois 18 ans et viennent de faire la rencontre qui va, à jamais, bouleverser le cours de leurs existences.

Introduction perso

 

Connaissez-vous, chers lecteurs, Oscar ? Oscar François de Jarjayes ? Lady Oscar ? Non ? Jusqu’à il y a quelques temps, moi non plus, je dois le reconnaître. Parce que Lady Oscar ne passait déjà plus quand j’étais en âge de regarder les dessins animés. Mon époque à moi, c’est Cat’s Eye, Les Chevaliers du Zodiaque et Juliette Je t’aime… sans oublier Lucile, Amour et Rock ‘n roll… bref, il me semble que Lady Oscar, c’était un peu avant, non ? En tout cas, je ne connaissais la série que de nom et c’est avec l’arrivée des mangas sur les blogs et le billet de Karine :) que j’ai eu connaissance de l’existence du botin, euh, du manga… Découvrant que l’histoire se passait à la cours de Versailles et racontait en partie la vie de cette chère Marie-Antoinette, mieux connue sous le petit nom tout à fait charmant de L’Autrichienne, eu égard à son origine et nommée ainsi par le peuple, qui souhaitait lui prouver par ce petit surnom affectueux toute l’étendue de son transport pour sa reine, mais je m’égare, je disais donc qu’ayant découvert que l’histoire se passait à une époque que j’aime beaucoup (en fait, j’aime tout ce qui touche à l’ancien régime), j’ai eu très envie de le lire, sauf qu’au Québec, trouver ce manga relève de la mission impossible… alors dans sa grande mansuétude, Karine m’a prêté les deux premiers tomes, le troisième étant juste des histoires individuelles. J’ai mis du temps à le lire, assez bizarrement, mais quand j’ai eu commencé, je me suis trouvée happée dans cette histoire d’intrigues de cour, de jeune fille aux traits masculins qui fait autant chavirer le cœur des femmes que des hommes, de la marche lente de la France vers le chaos de la révolution racontée de manière simple, juste et avec l’humour qui caractérise les mangas.

 

Comme je le disais, donc, La Rose de Versailles est un Shojo manga historique (comprendre, un manga pour filles qui se passe dans le passé) et raconte les destins croisés de trois personnes, dont deux ont vraiment existé : feu la reine de France, Marie-Antoinette, son amour, le comte Axel de Fersen et Oscar de Jarjayes, qui, malgré son nom, est une femme (c’est elle, le personnage de fiction) et capitaine de la garde personnelle de la Reine. Tous trois sensiblement du même âge, leurs destins vont se croiser à la cour de France, le lieu de toutes les intrigues.

 

Le manga couvre toute la vie de Marie-Antoinette, depuis son enfance à la cour d’Autriche jusqu’à son exécution, et même un peu après, en passant par son mariage, la célèbre affaire du collier qui marquera le début de la fin, ses sorties nocturnes et son amour non consommé pour le comte Axel de Fersen. Le roman prend le parti de la montrer sous un jour assez favorable d’ailleurs, en essayant de faire comprendre pourquoi elle était si frivole et si superficielle. Mais le manga ne laisse pas non plus de côté la pauvreté du peuple, la famine qui régnait en France alors que M-A (appelons-là comme cela) s’adonnait aux jeux d’argent et perdait des fortunes. Il est extrêmement bien fait, ce manga ! Parce qu’en plus d’être historiquement fondé sur des faits avérés, il est parfaitement romantique, comme se doit d’être tout manga de cette catégorie. Amour, aventures, intrigues de cour, pièges et romantisme, rien ne manque et le lecteur ne peut s’empêcher de suivre avec avidité les aventures d’Oscar. Parce que même si je parle beaucoup de M-A, l’histoire se focalise principalement sur l’héroïne qui donne son titre au roman, Oscar François, prénommée ainsi par son père, qui souhaitait un fils. Elevée comme un garçon, militaire de carrière, Oscar a un physique androgyne, elle séduit à la fois les hommes et les femmes, tout le monde est amoureux d’elle. Et elle, elle aime aussi, mais elle est déchirée entre ses désirs de femme qui s’éveillent et son dégoût pour les robes et les froufrous. Tête brûlée, noble de naissance, elle sera confrontée à des choix difficiles à plusieurs endroits, des choix qui donnent toute sa portée dramatique au manga.

 

Je n’en dis pas plus sur le manga pour ne pas en dévoiler tout le sel, mais je vous jure, chers lecteurs, il vaut vraiment la peine d’être lu !!! J’ai adoré !!

 

Berusaiyu no bara

La Rose de Versailles

Riyoko Ikeda

Kana

4,5 /5

Par Pimpi - Publié dans : Manga, BD
Ecrire un commentaire - Voir les 17 commentaires
Vendredi 5 juin 5 05 /06 /Juin 17:39

Pénélope Bagieu est une jeune illustratrice parisienne. Elle vit dans le plus petit appartement du monde, sous les toits, en compagnie de son chat rose, de sa collection de chaussures et de ses tracas quotidiens : sa réticence à faire du sport, sa mère envahissante, son chéri qui ne l'écoute pas... Heureusement pour elle, il reste ses copines langues de vipère, les soldes, les séries télé, la presse people et les macarons ! L'auteur croque dans cette bande dessinée les petits riens du quotidien avec beaucoup d'humour et un talent évident : à chaque page, elle nous raconte ses petites histoires et péripéties, tour à tour drôles, justes et émouvantes.

 

Cela faisait longtemps que je voulais lire cette BD de Pénélope Bagieu. J’ai découvert cette dessinatrice grâce à la blogosphère, comme beaucoup d’auteurs et j’attendais avec impatience la sortie de cette BD en poche. Un membre de ma famille me l’a amenée de France il y a quelques jours et je me suis aussitôt précipitée dessus.

 

J’ai tout simplement adoré. Je suis une inconditionnelle du blog de Pénélope Bagieu, que je suis quasiment religieusement. Je ne manque pas une seule de ses vignettes et je dois avouer que ce petit livre est à la hauteur de mes attentes. À la fois drôle et ironique, ce recueil de vignettes est un petit moment de bonheur dans une journée. J’aime beaucoup le style de Pénélope Bagieu, son humour, la manière dont elle se tourne elle-même en autodérision. Le seul défaut que j’ai pu trouver à ce recueil, c’est celui d’être trop court. Les 94 pages sont passées vraiment trop vite, et encore, je me suis raisonnée et je les ai lues en plusieurs fois !

 

Bref, chers lecteurs, c’est une petite BD que je vous conseille bien d’acheter, maintenant qu’elle est disponible en poche !

 

(je sais, je fais court, pour une fois… entre les visites et le boulot, je ne vois plus le jour. Je risque fort d’être très absente durant le prochain mois, étant donné que mon employeur vient de m’annoncer un besoin de faire des JOURS supplémentaires… week-end et jours fériés ??? à voir…. Dans un mois, tout devrait revenir à la normale… je pourrais donc poster des billets sur mes lectures !)

 

Ma vie est tout à fait fascinante

Pénélope Bagieu

Le livre de poche

94 pages

4,5 /5

Par Pimpi - Publié dans : Manga, BD
Ecrire un commentaire - Voir les 9 commentaires
Jeudi 21 mai 4 21 /05 /Mai 00:32



Je continue donc ma lecture de cette série, que j’avais découverte sur les blogs il y a de cela quelques mois. Cette fois encore, je vous épargnerai la lecture du résumé et réjouissez vous, chers lecteurs, je n’ai même pas l’intention de disserter pendant des pages (cela m’arrive de plus en plus souvent, avez-vous remarqué ???) !!! Tout simplement parce que je ne pourrais rien dire de plus que ce que je vous ai déjà dit… et que vous donner un résumé de ces deux volumes ça m’obligerait à dévoiler tout le reste de l’intrigue, une chose que je me refuse à faire, croyez-moi !

 

S’il est une chose que je peux vous dire, chers lecteurs, c’est que je suis complètement et définitivement accro à cette série ! Je ne me lasse pas de la relire à chaque fois que je remets la main sur un nouveau volume ! Et figurez-vous qu’à chaque fois, je comprends des choses supplémentaires qui ne m’avaient pas sauté aux yeux les fois précédentes ! Une autre chose que je peux vous dévoiler également, c’est je suis une Kaname-girl. Je laisse Zero et son passé trouble à qui le veut, je prends Kaname et son passé autrement plus tourmenté !

 

Pour ceux qui n’auraient pas suivi le début, je vous invite à lire mes billets sur les volumes précédents ( et ). Mais pour vous épargner de lire plusieurs fois la même chose, je vais quand même vous faire un bref topo de l’histoire…

 

Vampire Knight est l’histoire d’un trio amoureux. Ce trio est composé d’un vampire au sang pur, Kaname, d’une jeune fille, Yuki (qui se trouve être la fille adoptive du directeur de l’académie où tout ce beau monde étudie), et d’un hunter, Zero . Tous trois étudient à la Cross Academy, dirigée par le père adoptif de Yuki. Cette académie réunit les élèves humains et les élèves vampires, et Yuki et Zero, qui font office de gardien, s’assurent que les élèves ne se mélangent pas.

Comme je l’ai dit, il s’agit d’un trio amoureux. Yuki est attirée malgré elle par Kaname, qui lui a sauvé la vie voilà quelques années et depuis lors, elle lui voue comme un culte. Mais il y a Zero, avec qui elle « patrouille » quotidiennement. Zero est mystérieux et elle aime comme un frère. Comme un frère ? Le jour où elle découvre le secret de Zero, son univers est tout chamboulé…

 

Petit à petit, à mesure que les volumes avancent, le passé de chacun se dévoile. Celui de Zero est d’abord abordé, mais vers le volume 6, on commence à en apprendre plus sur le passé de Yuki et aussi sur celui de Kaname. Dans ces deux volumes, on nous dévoile enfin le grand mystère du passé de Kaname. Et là, chers lecteurs, accrochez-vous parce qu’il y a de la révélation !!! Oh. My. God. Je m’y attendais parce que j’avais lu des spoilers sur l’article de Wikipedia, mais même en connaissant le secret, je n’ai pas pu m’empêcher de rester bouche bée quand enfin il a été dévoilé ! Un secret qui change tout, absolument tout ! J’adore !!!!!

 

Mon avis ne change donc pas de celui que je vous ai confié dans mes billets précédents. J’aime cette série pour l’histoire, pour le style artistique de la mangaka, pour l’humour qui vient se glisser dans certaines cases des planches. Je l’adore pour l’enthousiasme qu’elle suscite en moi quand je la lis, pour la complexité des relations entre les personnes, et parce que personne, absolument personne, n’est ni tout blanc, ni tout noir. Tous ont leur côté sombre, leur âme torturée, leur passé trouble. J’aime parce que les informations sont distillées au compte-goutte et que cela crée un suspense que j’aime. J’aime tout, tout simplement….

 

Je crois que le volume 9 sort cet été non ? Quelqu’un sait ?

Par Pimpi - Publié dans : Manga, BD
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Samedi 28 février 6 28 /02 /Fév 00:27

Vol. 1 : Kazuko Yoshiyama s'apprête à vivre sa dernière année de lycée. Elle doute encore sur son avenir, ses amours et plein d'autres choses, mais profite pleinement de la vie en compagnie de ses amis Kazuo, Goro et Mariko. Pourtant, un parfum de lavande va réveiller chez Kazuko le pouvoir de « traverser le temps »... Un manga sensationnel inspiré d'un monument de la fiction japonaise.








Vol. 2 : Il semblerait que Kazuko ne soit pas la seule, au lycée, à posséder le pouvoir de traverser le temps, et ce nouveau professeur bizarre a l'air d'avoir son idée sur la question. Au cœur de cette spirale de sentiments, un secret pourrait bien briser le cœur de la jeune fille.

 









Ce manga en deux volumes est une adaptation de la nouvelle éponyme de Yasutaka Tsutsui. Ce n’est pas celui que je voulais lire au départ, mais les deux tomes me regardaient avec des yeux implorants chez le libraire et je vous jure que je les ai entendus m’appeler à grands cris… Alors j’ai décidé de me sacrifier pour le bien de l’humanité et je les ai adoptés. Et comme cela ne se fait pas de séparer des familles, j’ai pris les deux tomes, pour qu’ils ne s’ennuient pas l’un de l’autre.

 

Comme toute adaptation qui se respecte, ce manga reprend pour base l’histoire racontée dans la nouvelle de Tsutsui. Et bien entendu, comme toute adaptation qui se respecte, elle y a ajouté sa touche personnelle afin qu’elle soit pareille, mais différente de l’originale. Et en effet, c’est tout à fait le cas. La nouvelle de Tsutsui étant très courte, elle laisse un peu de place à l’imagination. Ce manga exploite cette possibilité et insère quelques scènes, modifie quelques détails, mais tout en restant, je pense, assez fidèle à l’idée de base. On retrouve, bien entendu, les scènes « clés » de la nouvelles mais d’autres viennent se greffer à l’existant. Par exemple, l’histoire comporte ici des retours en arrière bien plus loin dans le passé, où Kazuko revoit un jour sa grand-mère décédée au moment où se passe l’histoire. Quelques autres petites scènes ont été ajoutées, qui permettent de développer ce que Tsutsui ne fait que mentionner. La relation entre Kasuko et ses amis est plus approfondie, les personnalités et les sentiments qui les lient sont plus fouillés (je n’ose pas en dire trop pour ne pas gâcher la découverte de ceux qui ne connaissent pas du tout l’histoire)…

 

Notons également, chers lecteurs, que les graphismes sont très beaux, du moins à mon goût. Les personnages ont une apparence assez différente de celle qu’ils ont dans le film, mais je trouve qu’elle leur va bien aussi, cette tête-là !

Bref, une lecture qui m’a permis de retrouver durant quelques heures le plaisir que m’avaient procuré le film et le livre ! Un très bon complément pour toute personne qui aime l’œuvre originale !

 

Par Pimpi - Publié dans : Manga, BD
Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés