En cours

QuêteDÉternité

Quête d'éternité (Filles de lune #4)  - Elisabeth Tremblay

Relecture presque finie, je vais pouvoir lire le dernier tome.

 

 

***********

16/06/2012

Bon, l'été a fait son apparition dans nos lointaine contrées!

Et j'ai perdu le contrôle de ma PAL alors que je n'achète pas de livres.

Cherchez l'erreur... :D

 

 

 

 

************

21/03/2012 : 180 livres

Pour voir ma PAL et ma LAL

Find me on FB

Ma vie fascinante de LCA

 

 

Défis de l'année 2010

 

Une année en Russie 

Le défi

Le récapitulatif des billets


Défi English Classics de Karine

 

Défi Lire en VO de Bladelor

 

CHALLENGE-2-EUROS.jpgDéfi Folio 2 euros de Cynthia


*************************************

Défis de l'année 2011

 

Une année en Russie, édition 2011

LogoUneAnnéeEnRussie

Le billet récapitulatif

 

 

 

 

rrc2011large  Romance Reading Challenge 2011

  (5/5)

 

logofindeserierbordeau

Fin de séries

 

chateau13bis

Vie de château  

Le défi

  Le récapitulatif

Les idées de lecture 

  (6/8)

 

****************

Les défis de l'année 2012


Logo OnceUponATime

Once Upon A Time...

Le défi

Le récapitulatif

Rechercher

Syndication

  • Flux RSS des articles

Romances

Mercredi 2 mars 3 02 /03 /Mars 18:27

 

Quelque part pendant les fêtes de Noël dernier, après en avoir discuté avec ma meilleure amie (qui n’a pas de blog) et avoir appris que la série des Highlanders de KMM était intimement liée aux Fever, je me suis précipitée sur l’ensemble de la série. J’ai lu chacun des 7 tomes et la novella petit à petit, et aujourd’hui, je vous propose un billet général sur toute la série…

 

La série se compose de 7 romans et une novella :

 

T1. Beyond the highland mist

T2. To tame a highland warrior

T3. The Highlander's touch

T4. Kiss of the highlander / T1 - Une passion hors du temps

T5. The dark highlander / T2 - Le pacte de MacKeltar

T6. The Immortal highlander / T3 - La punition d'Adam Black

T7. Spell of the highlander / T4 - La vengeance des MacKeltar

T8. Into the dreaming

 

Comme vous pouvez le remarquer, seuls quatre tomes ont été traduits par J’ai lu pour elle, sous les titres indiqués, avec pour titre global La Saga des MacKeltar. Oui, oui, comme dans Christian MacKeltar, séduisant écossais qui a un « don » bien particulier, celui de détecter le mensonge chez ses interlocuteurs, et qui va aider Mac dans sa quête du Sinsar Dubh… La saga des MacKeltar raconte l’histoire des oncles de Christian… terribles Highlanders, d’ailleurs !

 

Les trois premiers opus de la série ne parlent pas des MacKeltar, donc je comprends qu’ils ne figurent pas dans la série traduite, mais comme on en apprend un peu sur Adam Black (oui, oui, comme LE Adam Black dont on parle dans les Fever), sur le Compact, sur la reine Aoibheal (hihihi) et sur le monde et les pouvoirs des Fae en général, je trouve que c’est dommage que le lectorat français ne puisse pas en savoir autant que ceux qui lisent en VO… bref. Les voies de l’Éditeur sont impénétrables !

 

Parlons un peu de la série maintenant.

J’ai longtemps hésité à vous proposer un résumer de chaque tome. J’avais même commencé à les écrire, au fur et à mesure de mes lectures. Et puis, je me suis rendue compte que vous raconter les événements des trois derniers tomes impliquait de vous spoiler un peu sur les tomes précédents. Et vous le savez, je n’aime pas spoiler des choses qui sont si belles à découvrir soi-même, en lisant les romans ! Je vais donc vous parler de la série en général, sans vous en dire trop sur les intrigues et leurs dénouements…

 

Cette série est un immense puzzle savamment construit, dont chaque tome est une pièce clé. La trame de l’histoire est un enchevêtrement de fils qui nous emmènent dans le passé lointain, le passé proche et dans le présent, jamais dans cet ordre…

 

L’histoire qui se déroule sous nos yeux est celle des relations entre le peuple des Tuatha Dé Danaan et le peuple des humains. Il y a bien longtemps de cela, ce peuple technologiquement très avancé, venu d’ailleurs, de très loin, a trouvé refuge sur Terre. Après avoir vécu pendant longtemps cachés des humains, les choses ont commencé à dégénérer et la Reine Aoibheal a conclu un traité de paix avec les humains. Ce traité, Le Compact, régit les relations entre les Fae et les Humains, empêchant tout contact entre les deux races et surtout toute destruction de l’un des mondes par l’autre race. Ce Compact, ainsi que toutes les reliques sacrées des Fae, est confié à une famille de Druides très puissants, les MacKeltar, qui sont chargés d’accomplir les rituels qui maintiennent les murs entre les deux mondes. Ces rituels doivent être effectués quatre fois par an…

Sauf que si c’était aussi simple… il n’y aurait pas eu ni cette série, ni celle des Fever.

 

Au début de la série, les histoires semblent n’avoir aucun lien les unes avec les autres. Puis, petit à petit, à mesure que se déroulent devant les événements qui amèneront au dernier roman, le lecteur se rend compte que tout est plus compliqué qu’il n’y paraît… les fils se démêlent pour s’entremêler aussitôt et plus on avance, plus le lien avec les Fever se voit (et plus on comprend les choses, et plus on devient hystérique et plus on a envie de se plonger encore et encore dans ce monde à la fois complexe et passionnant). On assiste à tous ces événements qui trouveront leur point culminant dans Shadowfever et j’avoue que j’ai été hystérique plus souvent qu’à mon tour, rien qu’à lire, à comprendre, à déduire… Bien entendu, j’ai maintenant un million de questions, et je vais devoir relire les Fever pour peut-être y trouver la réponse, cachée entre les lignes…

 

Sans vous raconter les histoires, voici, en quelques lignes, les liens qui unissent les différents livres de cette série…

 

BeyondTheHighlandMist.jpgBeyond the Highland Mist raconte l’histoire de Hawk Douglas et Adrienne de Simone. Adam Black y fait une première apparition et l’on en apprend un peu sur la reine Aoibheal, sur le Compact.

 

 

 

 

 

 

ToTameAHighlandWarriorTo Tame a Highland Warrior raconte l’histoire de Grimm, le meilleur ami de Hawk, et de Jillian St Clair. Celui-ci est un Beserker, une race de guerriers invincible qui tiennent leurs pouvoirs d’Odin… enfin, c’est ce qu’ils croient ! On apprendra beaucoup plus tard de qui exactement leur vient leur incroyable résistance !

 

 

 

TheHighlandersTouch.jpgThe Highlander’s Touch raconte l’histoire de Circenn Brodie et de Lisa Stone. Circenn est un Druide, gardien des reliques sacrées des Tuatha Dé Danaan. Adam Black y joue un rôle très important. Trèèèès important !

 

 

 

 

 

KissOfTheHighlander.JPGKiss of the Highlander raconte l’histoire de Drustan MacKeltar et de Gwen Cassidy. C’est là que commencent réellement les choses sérieuses et que les relations entre les Tuatha Dé Danaan deviennent moins simples, plus tendues… Les événements de ce roman auront des conséquences tragiques, qui feront l’objet du roman suivant… et des autres aussi !

 

 

 

TheDarkHighlanderDans The Dark Highlander, qui raconte l’histoire de Dageus MacKeltar, le frère jumeau de Drustan, et de Chloe Zanders, le compact a été brisé, un des Druides a rompu son serment et rien ne va plus. La reine Aoibheal, Adam Black, interviennent dans l’histoire de manière assez importante et leurs interventions respectives vont amener le prochain opus et ses conséquences…

 

 

 

 

TheImmortalHighlanderThe Immortal Highlander raconte l’histoire d’Adam Black et de Gabrielle O’Callaghan. Lui, un ancien prince Fae déchu suite à son intervention dans les événements du tome précédent, elle, une sidhe-seer qui cherche à ne pas se faire repérer par les dizaines et les centaines de Fae qui ont envahis, incognito, la Terre… C’est là qu’on fait la connaissance de Darroc, au temps où il était encore Fae, que l’on en apprend un peu plus sur lui, sur sa vraie nature, sur la raison pour laquelle il a été puni et ramené à l’état de « simple » humain… et quand on sait ce qui se passe après….

 

SpellOfTheHighlanderEnfin, Spell of the highlander se concentre sur Cian MacKeltar et sur Jessi St James. Lui, l’ancêtre de Drustan et de Dageus, elle, une archéologue. On en apprend beaucoup plus sur les reliques des Unseelies, le Sinsar Dubh est mentionné plusieurs fois. On en apprend un peu plus sur le pourquoi du comment de tout ce qui s’est passé et de ce qui va se passer. C’est absolument fascinant !

 

 

 

IntoTheDreaming.jpgInto the Dreaming est une novella publiée dans un recueil. Elle met en scène Aedan et Jane. C’est une lecture très courte qui ne s’intègre pas réellement dans la série des Highlanders, mais dans laquelle on en apprend un peu plus sur le Dreaming, cet endroit très particulier, dans lequel s’échappent les humains quand ils rêvent, et qui permet parfois aux Fae de faire passer un message aux humains. On en apprend un peu plus également sur les relations entre le Roi Unseelie et la Reine Aoibheal… hiiiiiiiiiiiiiii !

 

 

 

 

 

Alors évidemment, cette série est bien plus orientée romance que les Fever, donc il faut vous attendre à ce que l’histoire d’amour soit au premier plan par rapport au reste. Que le sexe y ait une place assez grande aussi (et vous avez quand même pas mal de détails, donc accrochez-vous – ça émoustille quelque chose de sérieux). Il faut savoir aussi qu’il y a des schémas qui se répètent d’une histoire à l’autre sans exception. Le Highlander est gigantesque (partout) et très doué au lit, la jeune femme est intelligente, limite geek, no-life, elle est vierge aussi, c’est systématique. Ça, vous n’y couperez pas, dans aucun des romans. Et je vous conseille de ne pas les enchaîner, parce que sinon, vous risquez l’overdose.

 

Ceci dit, c’est une série tellement riche, tellement complexe, les histoires sont tellement imbriquées les unes dans les autres, et le style de KMM est tellement bon, que vraiment, je me suis retrouvée totalement happée, une fois de plus, dans le monde qu’elle a créé. Il m’a fallu quelques ajustements au premier tome, juste le temps de me rendre compte que je n’étais pas dans les Fever, à Dublin, mais bien dans les Highlands de mon Écosse chérie avec des Highlanders absolument swoonesques… mais rapidement, je me suis rapidement adaptée et après ça, ce n’était que du bonheur !

 

Vous l’aurez compris, cette série est pour moi un immense coup de cœur, autant que la série des Fever, bien que d’une manière différente. C’est romantique à souhait, les « druids binding vows » sont absolument magnifiques et ont fait battre mon petit cœur tout mou. L’histoire fait de nombreux allers-retours dans le passé et le présent, et à différentes époques du passé, en plus (et quand on sait que j’adoooore les histoires de voyages dans le temps… tout devient plus clair !). Beaucoup de questions, comme dans Fever, restent sans réponse, du fait de la complexité du monde que KMM a créé et du fait que, ici comme dans les Fever, beaucoup de choses ne sont pas clairement expliquées. Il y a de la marge pour d’autres romans, croyez-moi !! Génial, non ?

 

 

En un mot comme en cent… j’adooooooooooooore !

Je suis totalement et complètement accro à mes Highlanders… une relecture est DÉJÀ prévue. Une relecture des DEUX séries, of course !

 

 

rrc2011large

 

 

logofindeserierbordeau
 

***************************


Et en bonus, parce que je vous aime beaucoup, chers lecteurs, ces vœux druidiques que j’aime tant…

 

If aught must belost, ‘twill be my honor for yours.

If one must be forsaken, ‘twill be my soul for yours.

Should death come anon, ‘twill be my life for yours.

I am Given.

 

Swoooooooooooooon !

 

Par Pimpi - Publié dans : Romances
Ecrire un commentaire - Voir les 26 commentaires
Jeudi 17 février 4 17 /02 /Fév 18:06

WhenBeautyTamedtheBeast

 

Piers Yelverton, Earl of Marchant, livres in a castle in Wales where, it is rumored, his bad temper flays everyone he crosses. And rumor also has it that a wound left the earl immune to the charms of any woman.

 

Linnet is not just any woman.

 

She is more than merely lovely : her wit and charm brought a prince to his knee. She estimates the earl will fall madly in love – in just two weeks.

 

Yet Linnet has no idea of the danger posed to her own heart by a man who may never love her in return.

 

If she decides to be very wicked indeed… what price will she pay for taming his wild heart ?

 

 

*****************************

 

Hi hi hi ! *étoiles dans les yeux*

 

Oui, je me suis réellement bidonnée en lisant ce livre ! Second tome de la trilogie des Happily ever afters de ma nouvelle auteure de romance favorite, When beauty tamed the beast est une réécriture de la Belle et la bête. Et quand la Belle, en la personne de Linnet, est une jeune femme audacieuse, intelligente et pleine d’humour et de répartie (un peu à la Lizzie Bennet, quelque part) rencontre la Bête, en la personne de Piers, un homme bourru, limite rustre, très asocial, médecin avant-gardiste, qu’un accident survenu dans son passé a laissé sérieusement handicapé – la transposition sur papier de Dr House (d’ailleurs, l’auteure ne se cache pas qu’elle a pris le personnage de Dr House comme source d’inspiration pour créer Piers), cela ne peut que faire des étincelles !

 

Entre joutes verbales à mourir de rire et scènes cocasses, je me suis délectée d’un roman absolument savoureux, d’une histoire d’amour comme je les aime et de quelques fous rires qui ont fait travaillé mes côtes… un pur délice que ce roman !

 

On y retrouve en effet l’humour que je reconnais maintenant comme la marque de fabrique d’Eloisa James, cet art de la situation comique et des postulats de départ pour le moins… audacieux. Linnet, par exemple, est gourmande. Belle et gourmande. Et un soir de bal, sa robe… ne met pas sa silhouette en valeur. Il n’en faut alors pas plus pour que la rumeur court qu’elle est enceinte du prince qui la courtise depuis des mois. Prince que bien sûr, Linnet n’aime pas le moins du monde et qui en plus embrasse très mal. Mais attention, qu’on ne se méprenne pas, elle n’a jamais offert plus que des baisers tièdes à ce prince ! Sauf que sa réputation est maintenant entâchée… Et son père décide aussitôt qu’elle doit se marier pour éviter la honte (non, il ne veut pas croire qu’elle n’est pas enceinte).

 

Face à elle, Piers est réputé pour être impuissant, en plus d’être désagréable. Les suites de son accident, vous comprenez. Et son père à lui désespère d’avoir des descendants. Alors, il cherche une fille, enceinte, (mais de la bonne société, attention, pas n’importe qui !) pour épouser son fils et lui donner une descendance. Les deux pères étaient faits pour s’entendre, n’est-ce pas ?

 

C’est ainsi que Linnet quitte Londres pour le Pays de Galles, où elle doit retrouver son futur mari… qui l’accueille avec une grossièreté sans nom. Qu’à cela ne tienne ! Linnet fait appel à son sarcasme naturel pour contrer les attaques de son fiancé !

 

Une perle que ce roman, chers lecteurs ! Je suis décidément totalement conquise par Eloisa James ! Tout ça mérite bien un joli hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii, n’est-ce pas ??

 

 

rrc2011large 

logofindeserierbordeau


 

WhenBeautyTamedtheBeast(Titre original) When Beauty Tamed the Beast (Happily ever afters #2)

Eloisa James

Par Pimpi - Publié dans : Romances
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires
Samedi 22 janvier 6 22 /01 /Jan 06:00

DuchessInLove.jpg

 

A Duke in Retreat

Gina was forced into marriage with the Duke of Girton at an age when she'd have been better off in a schoolroom than a ballroom. Directly after the ceremony her handsome spouse promptly fled to the continent, leaving the marriage unconsummated and Gina quite indignant.

 

A Lady in the Middle

Now, she is one of the most well-known ladies in London ... living on the edge of scandal -- desired by many men, but resisting giving herself to any one.

 

A Duchess in Love

Finally, Camden, the Duke of Girton, has returned home, to discover that his naïve bride has blossomed into the toast of the ton. Which leaves Cam in the most uncomfortable position of discovering that he has the bad manners to be falling in love -- with his own wife!

 

*****************************

 

Mmm, oui, je sais ce que vous allez dire… je viens de lire un livre de cette auteure et je me précipite sur l’autre livre d’elle que je possède. Que voulez-vous, j’aime la lire, alors je ne vais pas m’en priver ! Cette fois, c’est un livre papier que je lis. Un livre que j’ai reçu de Karine à l’occasion du Xmas Men Swap organisé juste avant Noël par Sandy et Bladelor…

 

Ce roman, qui constitue le premier d’une série de quatre, est différent des deux autres que j’ai lu précédemment. Il se passe au sein de la bourgeoisie britannique, collé monté en apparence maix aux mœurs dissolues (enfin, d’après les rumeurs) dans l’intimité. Nous suivons les retrouvailles de Gina, mariée de force à son ami d’enfance, qu’elle pensait être son cousin jusqu’alors, à l’âge de 11 ans. Camden avait alors 18 ans et pour étouffer le scandale qui menaçait d’exploser lorsque l’on a appris que Gina était en fait une enfant illégitime eu hors mariage avec une Parisienne, il fut contraint à l’épouser, lui donnant ainsi par le titre de duchesse la légitimité que son père ne pouvait lui donner en héritage. Sauf que Cam s’est enfuit par la fenêtre dès le mariage béni par le prête, pour ne jamais revenir….

 

Aujourd’hui, Gina a rencontré un marquis et souhaiterait bien l’épouser. Son mariage avec Cam n’ayant jamais été consommé, obtenir l’annulation sera facile et Cam accepte, revenant à cette occasion dans son pays d’origine. Sauf qu’au lieu d’une fillette de 11 ans, c’est une femme splendide qui l’accueille. Cam tombe rapidement sous le charme de sa femme… et réciproquement.

 

Une fois de plus, je n’ai pas été déçue par cette lecture ! Eloisa James a su me séduire avec sa palette de personnages hauts en couleur, aux apparences parfois trompeuses. Entre le duc séduisant et séduit par sa femme, la duchesse vierge mais sensuelle, le marquis collé monté, limite coincé, l’amie à la réputation sulfureuse, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde ! Et c’est sans parler de ces moments de douce sensualité entre Gina et Cam, qui m’ont quand même donné un peu chaud… c’est qu’il sait y faire, le beau duc !! Ajoutons à cela une scène d'anthologie dans une salle de bain de l'époque et des jeux de séduction doux et sensuels (frôlement de mains, de levres, boucles de cheveux qui tombent...)

 

 

Bref, une lecture parfaite pour un temps de Noël (j'ai lu le roman pendant les fêtes, en effet), douce et tranquille, remplie de poésie, de sensualité, d’humour et d’ironie, comme seule Eloisa James sait nous en offrir. Quelques heures de délices en compagnie de cette auteure que j’aime décidément de plus en plus… et l’envie d’approfondir son œuvre – dès que ma PAL aura baissé un peu !

 

 

rrc2011large


 

DuchessInLove(Titre original) Duchess in love

Eloisa James

Par Pimpi - Publié dans : Romances
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Jeudi 20 janvier 4 20 /01 /Jan 06:00

StormingTheCastle.jpg

 

Not every fairy tale begins with a prince or a princess…

 

When Miss Philippa Damson runs away from home to Pomeroy Castle, she is far from a princess…she’s an extraordinary beauty with ordinary dreams — to live a quiet life as a nursemaid.

 

Jonas Berwick, rakish son of a grand duke, has vowed never to wed. He offers Philippa everything—but his hand in marriage

 

Philippa has stormed the castle, but now she faces an impossible Challenge: To win the love of a prince, she may have to risk everything that makes her a lady.

 

Will the sacrifice of her honor be too high a price to pay?

 

 

*****************************

 

Ma première lecture sur ma liseuse adorée… j’ai eu vent, via les newsletters que je reçois, de la publication de cette nouvelle de ma nouvelle auteur de romance novel préférée et comme il s’agit d’une nouvelle dérivée du roman que j’ai tellement aimé, A Kiss at Midnight, je ne pouvais pas ne pas la lire. Cette nouvelle, publiée uniquement au format électronique pour le moment (elle apparaîtra dans un livre omnibus une fois les trois romans de sa trilogie des Fairy Tales publiés, avec les novella associées aux deux autres romans – vous me suivez toujours ?) met en scène le frère de Gabriel, le héros de AKatM.

 

Et c’était pour moi l’occasion de voir comment fonctionnait l’achat de livres électroniques ! Après quelques tâtonnements et après avoir installé plusieurs logiciels pour parvenir à transférer le livre sur ma liseuse (le problème des sites en ligne, c’est qu’ils fonctionnent en partenariat avec des logiciels qui ne sont pas forcément ceux que je voulais utiliser pour gérer ma bibliothèque électronique… et dans ce cas, je n’ai pas eu d’autre choix que d’installer le logiciel suggéré – gratuit, heureusement – pour transférer ensuite d’un simple glisser-déposer mon nouveau livre électronique sur ma liseuse), j’ai pu enfin le lire.

 

Franchement, chers lecteurs, ça en valait largement la peine ! J’aime le style plein d’humour, de romantisme et de chevalerie d’Eloisa James et je me suis délectée ici encore de cette nouvelle, qui, comme les finger, est tellement bonne qu’elle est trop courte…

 

La nouvelle commence quelques semaines après le mariage de Kate et de Garbiel. La jeune femme a accouché d’un fils, qui souffre malheureusement de coliques et qui pleure en permanence, de douleur… Kate et Gabriel consultent des dizaines de médecins (nous sommes au XVII-XVIIIe siècle, rappelez-vous, la mortalité infantile était bien supérieure à ce qu’elle est aujourd’hui), tous proposent des diagnostics plus farfelus les uns que les autres… jusqu’à ce que se présente Philippa, une jeune femme en fuite, qui trouve aussitôt comment apaiser un peu le pauvre petit… Elle est belle, elle est intelligente… elle plait beaucoup à Wick, le frère illégitime de Gabriel. Et la réciproque est vrai… mais Wick a un sens de l’honneur très développé et il est parfaitement au courant de son statut d’illégitime. Philippa est une Lady, en cavale, certes, mais une lady quand même et il ne peut pas l’épouser. Une lady n’épouse pas un majordome, enfin…

 

Bien entendu, je ne vous spoile rien si je vous dis qu’ils parviendront à surmonter les obstacles qui se trouvent sur leur chemin…

 

Cette nouvelle d’une centaine de page a été un pur bonheur de lecture. J’en ai savouré chaque ligne, chaque paragraphe. J’aime beaucoup la poésie et le charme qui se dégage des romans d’Eloisa James, le romantisme omniprésent dans ses histoires, l’honneur, l’humour, l’esprit chevalresque, le sens du devoir…

Alors oui, ses livres débordent de guimauve. Oui, ce sont des histoires d’amour avant toute chose… mais que voulez-vous, j’aime ça ! Personne n’est parfait !

 

 

Livre numériqueUn petit mot sur le fait de lire sur un lecteur numérique : pour ma part, j’y ai pris beaucoup de plaisir, je trouve cela vraiment commode et j’avoue une grosse faiblesse pour la présence du dictionnaire anglais-français intégré, qui me permet de connaître la signification d’un mot d’un clic sur ce mot (oui, j’ai beau être capable de lire couramment l’anglais, il m’arrive parfois de rencontrer des mots inconnus et dans ces cas-là, j’aime pouvoir en connaître le sens exact… depuis que j’ai ma liseuse, c’est quelque chose qui me manque beaucoup sur les livres papiers !). Je n’ai ressenti aucune gêne à lire sur un écran, du fait de l’absence de rétroéclairage. L’encre électronique reproduit l’aspect du livre suffisamment bien à mon goût pour que l’on ne ressente aucune gêne ! Parce que ma liseuse est tactile, je tourne les pages au choix d’un clic sur un bouton ou avec un glissement d’index au bas de l’écran… il ne m’a pas fallu plus d’un chapitre pour être conquise !!

 

 


 

StormingTheCastle(Titre original) Storming the Castle

Eloisa James

Par Pimpi - Publié dans : Romances
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Jeudi 9 septembre 4 09 /09 /Sep 16:15

 

 

AKissAtMidnight.jpg

 

Miss Kate Daltry ne croit pas aux contes de fées… ni aux fins du type « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants. »

 

Suite à une malheureuse aventure, Kate se voit dans l’obligation d’aller assister à un bal, à l’occasion duquel elle fait la connaissance d’un prince… tout sauf charmant, selon elle. Esprits et volontés s’affrontent dans une joute verbale des plus pétillantes mais tous les deux savent pertinemment que l’attraction irrésistible qu’ils ressentent l’un envers l’autre ne pourra les mener nulle part. Car Gabriel est fiancé à une autre femme, une princesse russe, dont la dot lui permettra de réaliser son rêve le plus fou…

 

Gabriel trouve sa fiancée sympathique, ce qui est tout de même mieux que rien, mais il ne l’aime pas. C’est pourtant elle qu’il devrait courtiser, et non cette jeune beauté sans le sou dont le sens de la répartie le pique, et qui, elle, refuse de lui cirer les pompes.

 

Nonobstant les marraines et les souliers de verre, voici un conte de fée dans lequel le destin s’acharnera à réduire à néant les chances de bonheur déjà bien maigres de Kate et de Gabriel.

 

À moins que…

… le prince ne jette aux orties tout ce qui va avec son titre de noblesse.

… une dot inattendue ne vienne faire un pied de nez au destin.

… un baiser échangé au douzième coup de minuit ne change la donne.

 

(traduction et légère réécriture de la quatrième de couverture par moi-même)

 

 

*****************************

 

Je disais sur Facebook l’autre jour que j’étais dans une situation délicate. À force de ne lire qu’en anglais, et conséquence directe de mon métier, j’ai tendance à oublier mon français « imagé » et poétique… ce qui fait que pour vous parler de ce roman, les trois mots qui me viennent à l’esprit sont en anglais et j’en suis fort marrie, pour mes lecteurs non anglophones…

 

Witty, wicked and utterly delightful.

 

Oh, et j’ai une super expression qui va parfaitement coller aussi, en français : MÉGA COUP DE CŒUR

 

J’ai découvert ce roman en entrant, totalement par hasard, bien entendu, chez mon libraire favori. Il venait de sortir en poche et était présenté bien en vue sur les étagères. Vous n’ignorez pas mon amour du conte de Cendrillon (chacun ses défauts, le mien s’appelle Cendrillon…), et après quelques hésitations découlant notamment d’une résolution tout récemment prise de me calmer sur les livres à l’eau de rose, ma curiosité a pris le dessus et je suis retournée l’acheter…

 

Quelle bonne décision, chers lecteurs ! Si je n’avais pas cédé à ce penchant coupable, je serais passée à côté d’un roman absolument drolatique dans lequel les situations comiques foisonnent, dans lequel les joutes verbales sont absolument pétillantes et pleines d’esprit, dans lequel les personnages portent des noms qui feront rire les lecteurs (Lord Toloose, Mr Biggitstiff, Lady Dagobert, Lord Hathaway, Lady Sophonisba, pour n’en citer que quelques uns).

 

Le postulat de base est simple. La célèbre marâtre du conte, qui ici, fume le cigarillo, a une fille, Victoria (qui joue toute seule le rôle des deux demi-sœurs du conte). Victoria, qui s’est fait engrosser par son prétendant actuel et mordre la lèvre par son chien, doit accompagner Algie, son prétendant, donc, au bal du prince pour demander l’autorisation de se marier qui tient tant au cœur de la mère d’Algie. Sauf que vu son apparence actuelle, il est hors de question qu’elle apparaisse en public. C’est Kate, qui, depuis le décès de son père, s’est trouvé reléguée au rang batard de fille à tout faire, ni tout à fait domestique, ni tout à fait de la famille, qui est désignée volontaire pour remplacer Victoria lors de ce bal.

 

Gabriel, qui porte un nom à coucher dehors (Prince Gabriel Albrecht-Frederick William von Aschenberg of Warl-Marburg-Baalsfeld - rien que ça, oui) est le prince en question. Sauf que lui, plutôt que de s’occuper de la cour qui le gonfle sérieusement, préfèrerait aller faire des fouilles archéologiques sur le site de l’ancienne Carthage pour découvrir la tombe de la reine Didon. Donc, comme sa seigneurie est plus ou moins dans une situation délicate question finances, il espère qu’en se mariant avec une riche princesse, il pourra faire ce qu’il veut ! Sa seule condition : « beddable would be nice. Biddable is compulsory » (un jeu de mot basé sur la ressemblance entre beddable – suffisamment jolie pour coucher- et biddable – docile).

 

Sauf que voilà, il rencontre Kate et son esprit, sa curiosité, son sens de la répartie et son refus farouche de lui accorder la déférence à laquelle il peut prétendre de par son titre de noblesse, pique sa curiosité. Et puis, elle est quand même sacrément belle !! Sauf que c’est la future femme de son neveu (oui, Algie est le neveu du prince… et pour le prince, Kate est Victoria, vous me suivez toujours ??). C’est maaaaaal ! Surtout que sa future femme, une princesse russe du nom de Tatiana, va bientôt arriver !!

 

Et ce n’est là que le début ! On retrouve un vieil oncle persuadé des vertus des cornichons pour son chien, a « pickle-eating dog », une véritable ménagerie dans la cour du château avec un lion, un singe amoureux d’un éléphant, des courtisans tous plus ridicules les uns que les autres.

 

Je me suis régalée tout au long de ce roman, chers lecteurs ! Du début à la fin, ce ne sont que situations comiques, répliques pleines d’esprit, détournement du conte de départ de manière hilarante ! Le style de l’auteur est truculent, le roman se lit comme un bonbon qu’on savoure petit à petit. J’adore Gabriel, j’adore Kate, j’adore sa marraine, Lady Wrothe, Henry, de son prénom, et son côté peu cavalier, fantasque, son mépris des conventions et sa franchise.

 

C’est un roman absolument réjouissant que je recommande plus que chaudement à quiconque aime les contes de fée, et aux autres aussi, tant que j’y suis (ne me remerciez pas, c’est tout naturel). Une auteure qui a du talent, et dont je vais sûrement lire les autres romans, s’ils sont tous du même registre ! Je ne suis pas rendue, chers lecteurs, mais j’aime ça !

 

(ps : good god, chers lecteurs, je viens de voir sur un billet anglo que ce roman n’est que le premier d’une série de romans consacrés aux contes de fée, et que le prochain sera sûrement autour de La Bele et la Bête, si j’en crois le titre annoncé sur le site Internet de l’auteure ! Je suis irrémédiablement perdue, chers lecteurs ! Irrémédiablement !)

 

Le site de l’auteure

 

 

AKissAtMidnight(Titre original) A kiss at midnight

Eloisa James

Par Pimpi - Publié dans : Romances
Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés