World Without End (un monde sans fin) - Ken Follet

Publié le par Pimpi

World Without End (un monde sans fin) - Ken Follet (ceci est le billet que j'avais publié il y a quelques temps sur le Biblioblog de Laurence)

Après l’enthousiasme qu’avait suscité en moi Les piliers de la terre, je ne pouvais pas ne pas lire la suite, World Without End. 

 


Nous retrouvons donc dans World Without End notre charmant village de Kingsbridge, qui fut le décor des Piliers de la terre. Nous sommes en 1327, deux siècles après les événements des Piliers. Les personnages en place sont les descendants de nos héros favoris, Jack et Aliéna et Tom.

L’intrigue s’ouvre le 1er novembre de l’année 1327. Quatre enfants, Caris, Gwenda, Merthin et Ralph, se rendent dans les bois avoisinant Kingsbridge. Là, à leur grande stupeur, ils assistent à une dispute entre trois hommes, deux contre un. L’un d’entre eux, Sir Thomas Langley, tue les deux autres hommes. Son méfait accompli (en cas de légitime défense, certes, mais accompli quand même), il cherche refuge dans un monastère, où il devient moine, non sans avoir au préalable enterré une lettre sensée le protéger et fait promettre aux quatre enfants de tenir leur langue.

 


10 ans plus tard, on retrouve nos quatre amis. Ils ont grandi, ils sont sur le point de construire leur vie. Mais les malheurs les guettent. Le pont de Kingsbridge s’effondre, causant des centaines de mort parmi les habitants du village et coupant toutes les communications entre Kingsbridge et le monde extérieur. Sans pont, plus de marché. Sans marché, plus de revenus. Il est donc impératif de reconstruire le pont. Cette reconstruction va donc servir de point de départ à une nouvelle fresque historique magnifique et passionnante, à l’image des Piliers de la terre (et ce n’est pas peu dire !).

 


Commençons tout de suite par les points négatifs. Le gros reproche que j’ai envie de faire, c’est une certaine similarité au niveau de l’intrigue (du moins pour les 500 premières pages, après, c’est tout autre chose) ainsi qu’au niveau de la personnalité des protagonistes. Ainsi, pendant une bonne moitié du livre, j’avais l’impression de relire un peu les Piliers. Le nom des personnages est différent mais les personnalités que l’on avait découvertes dans les Piliers se retrouvent ici également : la femme aux mentalités en avance par rapport à l’époque, le jeune maçon doué, dont la compétence effraie les plus anciens, l’homme brutal et sans pitié qui cherche à blesser…


Heureusement, ce sentiment de déjà-vu s’est vite estompé quand l’intrigue a pris une toute autre direction. Et si j’avais tout de suite accroché à l’histoire et aux personnages, dès les premières pages et malgré ces similarités avec les Piliers, je me suis complètement laissé emporter dans une tout autre histoire une fois la moitié du roman dépassée. Au bout de 500 pages, l’histoire prend une autre ampleur, abandonnant le simple sujet de la construction pour aborder des sujets autrement plus passionnants et plus sérieux. La peste sévit dans le monde entier et peu de personnes y échappent. Hôpitaux, églises, prêtres, tous se retrouvent confronté à une maladie dont on ne sait rien et que l’on ne sait comment combattre. Ken Follet présente ici les deux approches que l’on avait de la peste à l’époque : d’un côté, il y avait les hommes d’église. Ceux-ci voyaient dans la peste un châtiment divin que l’on devait accepter avec humilité et qui devait débarrasser la terre des âmes impures. Face à eux, les médecins et infirmières refusaient de laisser mourir les pauvres gens sans même essayer de soulager leurs souffrances. Ils tentaient de faire comprendre à la population que l’on pouvait éviter la contamination avec des mesures d’hygiène simples et isolant les malades des personnes saines. Mais les hommes d’église criaient au sacrilège face à ses propos qu’ils jugeaient offensant pour le Seigneur. C’est un sujet passionnant, que Ken Follet traite avec la finesse et la minutie dont il fait preuve dans chacun de ses romans. Ici comme dans les Piliers, le travail de recherche effectué par l’auteur est visible et pour des néophytes en la matière tels que moi, il est difficile de trouver un élément qui ne semble pas plausible. Une fois encore, Ken Follet fait montre d’un talent incontestable.


D’autre part, l’auteur aborde également dans ce roman les procès en sorcellerie, courants à cette époque où l’on accusait facilement de sorcellerie les femmes qui avaient une connaissance approfondie des plantes, du corps et de l’âme des hommes. Cette accusation de sorcellerie pouvait représenter un excellent moyen de se débarrasser d’une femme. A l’époque, on était coupable tant qu’on n’avait pas prouvé son innocence et toute personne qui aidait une sorcière était également accusée d’hérésie. On comprend pourquoi personne ne venait au secours des malheureuses qui étaient traduites en justice pour des crimes aussi « faciles » à prouver que le commerce avec Satan ou la conversation avec les esprits ! Malheureusement, ce sujet si passionnant n’est qu’effleuré. J’aurais bien aimé que ces procès aient plus de place dans le roman. Je dois avouer être un peu restée sur ma faim.

 


Pour conclure, je dirais que World Without End est réellement un roman magnifique. Malgré les quelques reproches que j’ai à lui faire, c’est un livre que j’ai adoré et qui rejoint Les Piliers de la terre dans la catégorie des livres à lire et à relire. Ken Follet reste fidèle à lui-même et nous offre de nouveau une superbe fresque historique qui séduira tous ceux qui ont aimé Les Piliers de la terre. A bon entendeur !

Publié dans Romans historiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nicolas 04/01/2010 13:16


J'avais adoré Les Piliers, mais ne serait-ce que par rapport au nombre de pages, j'hésite fortement, et ça fait plusieurs personnes qui disent que ce nouvel épisode ressemble fortement au premier.
Au final, je pense que je ne le lirai pas.


Pimpi 04/01/2010 19:33


Je ne sais pas s'il faut aller jusqu'à ne pas le lire, parce que si le schéma ressemble, l'histoire prend une autre tournure après la moitié! Et il est vraiment bon!!


Pimpi 05/11/2008 20:11

Maijo: Eh bien, n'hésite pas une seconde, il en vaut la peine!

maijo 05/11/2008 20:03

J'ai également adoré les Piliers de la terre. Je ne devrais pas tarder à me procurer celui-ci.