Juliet (Juliette) – Anne Fortier

Publié le par Pimpi

Juliet.jpg

 

When Julie Jacobs inherits a key to a safety deposit box in Siena, Italy, she is told it will lead her to an old family treasure.Soon she is launched on a precarious journey into the true history of her ancestor Giulietta, whose legendary love for a young man named Romeo turned medieval Siena upside down. As Julie crosses paths with the descendants of the families involved in Shakespeare's unforgettable blood feud, she begins to realize that the notorious curse -- "A plague on both your houses!" -- is still at work, and that she is the next target. It seems the only one who can save her from her fate is Romeo . . . .but where is he?

Full of sleeping potions, secret processions, and the glorious Italian countryside, Juliet is at heart an epic romance that proves that love is strong enough to conquer even death.

 

*****************************

 

C’est une véritable épopée que j’ai vécue pour lire ce livre, chers lecteurs, laissez-moi vous la conter !

 

Imaginez-vous que j’ai commencé à lire ce livre aussitôt après avoir lu Romeo and Juliet. Si si. Je l’avais réservé à la bibliothèque car je ne voulais pas l’acheter en grand format. Un soir, alors que j’étais tranquillement installée dans mon canapé pour lire, je termine un chapitre et pose mes yeux sur la page suivante. Mmmm, bizarre, la page commence tout en haut au lieu de commencer au milieu, après la citation d’usage qui entame tous les chapitres du roman. Horrifiée, je m’aperçois que la dernière page lue était la page 184, et que la page d’après était la page… 217 ! Hey, non ! J’ai eu beau parcourir le reste du roman avec fébrilité, il a bien fallu me faire une raison : il manquait un cahier entier à mon livre ! Vous vous imaginez bien que je ne pouvais pas continuer de lire avec un blanc de 40 pages ! Je suis donc retournée reporter à la bibliothèque et ce n’est qu’un bon mois et demi plus tard que j’ai pu enfin récupérer une copie complète du roman. Et ainsi finir ma lecture interrompue de manière un peu abrupte, je dois l’admettre !

 

Avec tout cela, mon billet paraît bien après celui de tous les autres blogueurs qui l’ont lu à sa sortie. J’imagine donc qu’un résumé serait superflu, au vu du nombre de billets déjà parus sur ce roman, mais parce que je vous aime bien, je vais quand même vous dire deux mots de l’histoire.

 

Ce roman nous raconte l’histoire de Julie Jacobs, une jeune américaine d’origine italienne qui apprend à la mort de sa grand-mère qu’elle descend de la vraie Guiletta, celle qui a inspiré Juliet de Shakespeare et que sa mère, disparue dans accident, lui a légué un coffret qui se trouve dans une banque à Sienne, en Italie… Julie décide alors de partir pour l’Italie pour voir de quoi il retourne. Au final, elle se retrouve dans une véritable quête identitaire sur les traces de sa célèbre ancêtre.

En parallèle, nous suivons l’histoire de la vrai Guiletta, dans les années 1340, et de sa tragique histoire d’amour avec Romeo, à Sienne. Car oui, l’histoire de Shakespeare est inspirée d’une histoire vraie ayant eu lieu non pas à Vérone, mais à Sienne !

 

Est-ce que j’ai aimé ce roman, chers lecteurs ? Je ne sais pas. Il y a des éléments qui m’ont plu, bien évidemment : le parallèle entre le passé et le présent, l’histoire entre Guiletta et Romeo, la quête d’identité, l’Italie.

Mais il y a aussi beaucoup de chose que j’ai moins aimées. L’histoire est tout de même bien rocambolesque et c’était souvent trop à mon goût. Certaines des réactions de Julie m’ont un peu énervée, je ne les comprenais pas et je n’aimais pas sa manière de voir les choses.

Puis, dans la seconde moitié du roman, je n’arrivais plus à déterminer qui était dans le camp des gentils et qui était dans le camp des méchants, je ne savais plus en qui avoir confiance et je n’aimais pas cela. J’aime bien quand je suis capable de dire si, malgré son comportement, untel est digne de confiance ou pas. Et là, je me méfiais de tout le monde, c’était très déstabilisant, j’avais l’impression de me faire manipuler autant que Julie. En règle générale, ça ne me dérange pas, mais là, ça n’a fait qu’ajouter à mes impressions négatives. Si l’on ajoute à cela un peu trop de mysticisme et de rites ocultes… voilà qui suffisait à m’empêcher d’adhérer totalement au roman.

 

Alors oui, c’est une lecture facile, on tourne les pages sans s’en rendre compte. Oui, malgré tout, je suis allée au bout du roman pour connaître le fin mot de l’histoire. Oui, j’ai fini par savoir en qui je pouvais avoir confiance. Mais il ne me restera pas grand-chose de cette lecture je pense… Maintenant, c’est à vous de voir si vous souhaitez le lire quand même !

 

Juliet(Titre original) Juliet

(Traduction) Juliette

Anne Fortier

Publié dans Romans historiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

pikkendorff 29/01/2011 14:39



Beau billet.  Plutôt d'accord. Très rocambolesque.


Il semble que Sienne m'aura plus marqué.


Je me permet de faire un lien sur votre billet.



Pimpi 01/02/2011 00:25



Je vous en prie! Merci de votre passage ici!!!



yueyin 15/12/2010 17:48



mitigée donc... justement j'ai plein de choses à lire :-))))



Pimpi 17/12/2010 01:17



Eh bien lis autre chose alors!! Tu n'accrocherais peut-être pas tant que ça...



soukee 13/12/2010 18:23



L'intriuge ne m'attirait pas de prime abord, et ton billet renforce l'impression de facilité que je redoutais... Et puis il y a tant de livres à découvrir que je deviens très sélective dans mes
choix ! Et c'est pas près de s'arranger !



Pimpi 13/12/2010 18:29



Tu as bien raison de devenir sélective!!!



soukee 11/12/2010 14:57



Celui-là, c'est sûr, il rentrera pas dans ma PAL !



Pimpi 13/12/2010 18:16



Ah non? Qu'est-ce qui t'arrête?



Ankya 11/12/2010 12:25



Il est dans ma PAL :) :) :) :) :)



Pimpi 13/12/2010 18:15



Youpiiiiiiiiiiiiiiiii!!!