Les Lettres – Edith Wharton

Publié le par Pimpi



A Paris, la jeune Lizzie West tombe amoureuse de Vincent Deering, le père de la petite fille dont elle est l'institutrice. Devenu veuf, Deering doit repartir aux Etats-Unis. Les amants se promettent de s'écrire, mais rapidement Lizzie ne reçoit plus aucune lettre. Quelques années plus tard, elle le croise par hasard…

Une analyse fine et pénétrante du cœur d'une femme amoureuse par l'auteur de Chez les heureux du monde

 

*************************

 

J’ai acheté ce petit roman en Folio 2 euros au salon du livre (je n’ai acheté que des romans en Folio 2 euros au salon du livre…). En fait, je ne voulais prendre que des romans d’auteurs russes, mais il me faisait de l’œil et je voulais découvrir Edith Wharton depuis quelques temps déjà. Je trouve que cette collection permet de se lancer dans la découverte d’auteurs qu’on n’aurait peut-être jamais lu sans eux… même si je préfère en général les gros pavés, j’avoue que pour découvrir, des romans courts et des nouvelles, c’est bien aussi.

 

J’ai donc profité du prix pour découvrir cette nouvelle d’Edith Wharton, Les Lettres, tirée du recueil intitulé Le fils et autres nouvelles. Grinçante, pour le moins, cette nouvelle… assez désabusée, même, je dirais.

 

L’héroïne est une jeune fille sans le sou, Lizzie West, qui tombe amoureuse du père de son élève. Un schéma classique. La femme du mari, de constitution fragile, décède subitement et le mari doit s’en aller pour les Etats-Unis pour gérer les biens de sa femme au nom de sa fille. Avant le départ, les deux amants s’échangent la promesse de s’écrire beaucoup. L’un des deux ne tiendra pas sa promesse… on se doute que c’est l’homme. Classique. Quelques années plus tard, un héritage a sauvé la jeune Lizzie de sa pauvreté et celle-ci fait maintenant partie du beau monde. Au cours d’une soirée, elle croise son ancien amant… une explication, et les voilà mariés, avec un enfant. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, jusqu’à ce que Lizzie découvre quelque chose qui fera basculer son univers…

 

Moi je dis, chers lecteurs, qu’avec des clichés pareils et des situations aussi invraisemblables, on aurait dû avoir une nouvelle peu intéressante, limite mièvre. Eh bien pas du tout, bien au contraire ! Sur un ton des plus naturels, Edith Wharton nous brosse le portrait de la femme amoureuse, délaissée, puis reconquise, puis lucide. Lorsque Lizzie soupçonne son mari d’avoir gentiment enjolivé la vérité pour la reconquérir lorsqu’il a appris sa richesse, elle veut d’abord tout quitter, là, tout de suite… mais son cheminement de pensée, plutôt intéressant et désabusé, lui fait renoncer à son projet. Elle mettra alors de l’eau dans son vin… baissons les masques et dévoilons la vérité sur les relations homme-femme, voilà ce que semble nous dire Edith Wharton avec cette petite nouvelle. Toute la nouvelle amène en fait au discours intérieur final de l’héroïne, à ses illusions qui volent une fois de plus en éclats et à ce qu’elle décide de faire pour conserver sa vie, celle qu’elle s’est créé…

 

Une nouvelle des plus grinçantes, chers lecteurs, mais qui me donne envie de lire d’autres choses d’Edith Wharton !

 

The Letters

Les Lettres

Edith Wharton

4 /5

 

**********************************

 

Ce livre entre dans le cadre du challenge Folio 2 euros !

  (quoi? oui, c'est tout... )

 

Publié dans Littérature d'hier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Choco 25/12/2009 19:28


Ah mais c'est que ça me plait bien ce que tu racontes là ! Je me le note !


Pimpi 29/12/2009 23:11


Note, note, il est vraiment bon, ce petit livre !


Karine:) 20/12/2009 16:26


Bon... ça a l'air que je n'aurais pas dû résister!!!  C'est ça que ça fait, d'être raisonnable!!!


Pimpi 20/12/2009 23:23


je peux toujours te me prêter si ça te démange tant que ça !!!


Caro[line] 18/12/2009 10:57


J'ai voulu laisser un commentaire hier avec mon i-phone mais ça a foiré, on dirait... Bon, je disais que je note le titre du recueil dont est tiré cette nouvelle. Mais bon, j'ai déjà deux romans,
je crois, de cet auteur dans ma PAL, je ferais mieux de commencer par eux.


Pimpi 20/12/2009 23:18


Ah oui, si tu en as déjà, commence par ceux que tu as! je pense que ça pourrait te plaire !!


eveange66 16/12/2009 22:57


ah tu verras impossible de ne pas succomber au charme et à l'acuité de l'écriture d'Edith Wharton.
J'ai pour le moment lu tous les livres traduits en français de Mme Wharton que j'ai pu trouver.
je suis devenue accro à ses oeuvres.... si particulières dans leur descriptions de la féminité à l'américaine du début du 20e siècle. Moi qui était abonné à la littérature anglaise.
Si tu as besoin de "conseils" ou de titres pour la suite de ton initiation à Wharton, je suis présente, cela me donnera aussi l'occasion de les relire. POur une fois que je peux être utile.....


Pimpi 17/12/2009 14:45


Je continuerai sûrement à la lire quand j'aurais fait un peu de vide dans ma PAL! Dans ce cas, je te tiendrait au courant !!!


JoëlleM 16/12/2009 15:18


Pimpi, j'adore Edith Wharton et même si elle écrit à la fin du 19ème siècle, début 20ème, elle me semble très peu conventionnelle dans ses réflexions sur le mariage, le carcan des classes sociales,
la difficulté de changer de milieu social. J'ai adoré "Les beaux mariages" pour lequel elle a beaucoup puisé dans son expérience de la haute société newyorkaise, et sa vie parisienne. "Le temps de
l'innocence" a obtenu le Prix Pullitzer. C'était une personnalité étonnante qui n'a pas hésité à aller voir ce qui se passait sur le front pendant la 1ère guerre mondiale afin de témoigner de la
nécessité des USA d'aider les Alliés. JoëlleM


Pimpi 16/12/2009 18:36


C'est une femme qui a l'air très très intéressante en tout cas, d'après ce que tu en dis!!! Je me note les deux titres que tu me conseilles!!!