En cours

QuêteDÉternité

Quête d'éternité (Filles de lune #4)  - Elisabeth Tremblay

Relecture presque finie, je vais pouvoir lire le dernier tome.

 

 

***********

16/06/2012

Bon, l'été a fait son apparition dans nos lointaine contrées!

Et j'ai perdu le contrôle de ma PAL alors que je n'achète pas de livres.

Cherchez l'erreur... :D

 

 

 

 

************

21/03/2012 : 180 livres

Pour voir ma PAL et ma LAL

Find me on FB

Ma vie fascinante de LCA

 

 

Défis de l'année 2010

 

Une année en Russie 

Le défi

Le récapitulatif des billets


Défi English Classics de Karine

 

Défi Lire en VO de Bladelor

 

CHALLENGE-2-EUROS.jpgDéfi Folio 2 euros de Cynthia


*************************************

Défis de l'année 2011

 

Une année en Russie, édition 2011

LogoUneAnnéeEnRussie

Le billet récapitulatif

 

 

 

 

rrc2011large  Romance Reading Challenge 2011

  (5/5)

 

logofindeserierbordeau

Fin de séries

 

chateau13bis

Vie de château  

Le défi

  Le récapitulatif

Les idées de lecture 

  (6/8)

 

****************

Les défis de l'année 2012


Logo OnceUponATime

Once Upon A Time...

Le défi

Le récapitulatif

Rechercher

Syndication

  • Flux RSS des articles

Romances

Jeudi 6 octobre 4 06 /10 /Oct 06:00

MoreThanAMistress.jpg

 

In this captivating novel, Mary Balogh, the premier writer of Regency romance, invites you into a world of scandal and seduction, of glittering high society and intrigue, as an arrogant duke does the unthinkable-he falls in love with his mistress.
 
She races onto the green, desperate to stop a duel. In the melée, Jocelyn Dudley, Duke of Tresham, is shot. To his astonishment, Tresham finds himself hiring the servant as his nurse. Jane Ingleby is far too bold for her own good. Her blue eyes are the sort a man could drown in-were it not for her impudence. She questions his every move, breaches his secrets, touches his soul. When he offers to set her up in his London town house, love is the last thing on his mind.

Jane tries to pretend it's strictly business, an arrangement she's been forced to accept in order to conceal a dangerous secret. Surely there is nothing more perilous than being the lover of such a man. Yet as she gets past his devilish façade and sees the noble heart within, she knows the greatest jeopardy of all, a passion that drives her to risk everything on one perfect month with the improper gentleman who thinks that love is for fools.

 

 

**************************

 

Pouvez-vous croire, chers lecteurs, que malgré mes nombreuses lectures, malgré l'enthousiasme d'une amie qui, il y a quelques années de cela, m'a vanté les mérites de Mary Balogh en termes plus qu'élogieux, je n'avais encore jamais pris un livre d'elle? Et qu'il a fallu un billet plus que dithyrambique de Chi-Chi, qui, décidément, n'arrête pas de me tenter, pour que je saute le pas? Je suis sûre que non, vous ne le croyez pas. Et pourtant, si, c'est vrai! Mais rassurez-vous, je me suis empressée de corriger ce manquement grave à ma culture en me précipitant à la bibliothèque pour emprunter More than a Mistress (oui, j'ai la chance de vivre dans une ville dont la bibliothèque n'a pas peur de proposer deux rayons entiers de romances en VO et autant encore en FR à ses milliers de lecteurs. C'est la classe, oui, je suis d'accord).

 

Chers lecteurs, c'est une bonne chose que le billet de Chi-Chi soit si bon, je ne saurais pas mieux dire qu'elle. Ce roman a été une découverte absolument extraordinaire. Un moment de lecture inoubliable. Une auteure que je vais indéniablement relire, car je n'en ai pas fini avec elle!

 

Imaginez-vous une héroïne au caractère bien trempé, qui, à maintes et maintes reprises, m'a fait penser à Jane Eyre. Une héroïne qui n'a pas peur de prendre les choses en main, qui revendique son droit à être seule maîtresse de sa vie, qui ne laisse à personne le soin de penser pour elle, de prendre des décisions à sa place. Une héroïne qui n'hésite pas à risquer le renvoi de son poste pour empêcher un duel, qu'elle juge absolument stupide. Une héroïne qui cache un secret inavouable...

 

Face à elle, un héros. Séduisant séducteur, Duc au coeur de pierre mais à l'âme d'un poète, sans peur, sans reproche, sans vergogne, un héros atypique par bien des côtés et notamment par son approche cavalière de la religion, un Darcy en puissance, sarcastique, hautain, mais, qui cache une personnalité bien différente quand on le connaît un peu...

 

Une histoire qui, bien souvent, m'a rappelé celle de Jane et de Rochester, mais pas que. Une histoire qui m'a emballée, enthousiasmée, emportée, enivrée, émue. Une histoire qui..... je ne trouve pas les mots pour vous dire à quel point j'ai adoré ce livre, totalement. J'espère que mon enthousiasme suffira à vous convaincre, chères lectrices de romance, de vous précipiter sur ce livre, si ça n'est pas encore fait!

 

En bref, une très très belle découverte pour moi! Je ne compte assurément pas m'arrêter là! Mary Balogh et moi, c'est une histoire qui va durer!

 

 

MoreThanAMistress(Titre original) More than a mistress

Mary Balogh

 


Par Pimpi - Publié dans : Romances
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Mardi 20 septembre 2 20 /09 /Sep 06:00

LordOfScoundrels

 

They call him many names, but Angelic isn't one of them . . .

 

Sebastian Ballister, the notorious Marquess of Dain, is big, bad, and dangerous to know. No respectable woman would have anything to do with the "Bane and Blight of the Ballisters"-and he wants nothing to do with respectable women. He's determined to continue doing what he does best-sin andsin again-and all that's going swimmingly, thank you . . . until the day a shop door opens and she walks in.

 

She's too intelligent to fall for the worst man in the world . . .

Jessica Trent is a determined young woman, and she's going to drag her imbecile brother off the road to ruin, no matter what it takes. If saving him-and with him, her family and future-means taking on the devil himself, she won't back down. The trouble is, the devil in question is so shockingly irresistible, and the person who needs the most saving is-herself!

 

************************

 

Il y a quelques temps, chers lecteurs, je vous parlais d'une découverte, une auteur dont j'avais beaucoup entendu parler mais que je n'avais pas encore lue, Loretta Chase. Et je vous avais fait part de mon enthousiasme démesuré pour le premier roman d'elle que je lisais, Last Night's Scandal. Et bien, chers lecteurs, j'ai remis ça. J'ai acheté et lu son roman le plus populaire, Lord of Scoundrels.

 

Le marquis de Dain, Sebastian de son petit nom, n'a pas eu une enfance facile. Né de l'union entre un père taciturne et décidément peu affectueux, d'un âge avancé, et une mère italienne, dépitée et désabusée face à son mariage raté, abandonné à 8 ans par sa mère, laissé aux mauvais soins de son père, Sebastian a vite appris à se servir de ses poings pour se faire respecter. De ses poings, mais aussi, plus tard, de sa richesse. Self-made man bien décidé à montrer à son père qu'il n'a pas besoin de lui pour vivre plus que décemment, Sebastian est un débauché de première. Les orgies sont son pain quotien et rien ne l'arrête, surtout pas l'opinion des autres, qu'il méprise, au mieux. Sa rencontre avec Jessica Trent aura sur sa vie et sur son comportement des conséquences pour le moins.... extrêmes.

 

Jessica est une femme forte. Déterminée, têtue, elle n'a pas la langue dans sa poche, elle n'a pas froid aux yeux et elle ne recule elle non plus devant rien pour parvenir à ses fins. Son frère est au bord de la ruine, courtesy of Lord Dain. Et elle est bien décidée à faire face à cet individu, aussi débauché qu'il soit, pour le sortir de cette situation. Si seulement ses jambes pouvaient arrêter de se transformer en coton en la présence de Lord Dain!

 

Les héroïnes de Loretta Chase sont des femmes fortes et déterminées. Des femmes qui n'hésitent pas à sortir des sentiers battus. Des femmes qui prennent leur vie en main et qui n'acceptent pas de rester les bras ballants quand la situation demande qu'elles interviennent. Des femmes qui n'hésitent pas à affronter l'Homme avec courage et sans fausse pudeur. Bref, des femmes comme on aimerait en voir plus, de vraies héroïnes.

 

Lord of Scoundrels, tout comme Last Night's Scandal, présente des personnages imparfaits mais terriblement attachants. Des personnages à la psychologie finement travaillée et dont l'évolution reste parfaiement cohérente, voire absolument passionnante, du début à la fin.

Lord of Scoundrels, tout comme Last Night's Scandal, déborde de situations cocasses et de réparties cinglantes, d'humour et d'amour, sans verser pour autant dans le romantisme à la guimauve rose bonbon (même si, personnellement, je n'ai absolument rien contre la guimauve rose bonbon, vous le savez maintenant, chers lecteurs!!). Le roman se permet même d'être original dans sa forme, même si l'histoire de fond ne l'est pas, elle.

Lord of Scoundrels, tout comme Last Night's Scandal, m'a convaincue du talent de Loretta Chase. Elle et moi, c'est une histoire qui va durer, c'est sûr!

 

Alors en un mot comme en cent, Loretta Chase, c'est du lourd, du très lourd! À consommer sans aucune modération!

 

 

LordOfScoundrelsLord of Scoundrels

Le prince des débauchés

Loretta Chase

Par Pimpi - Publié dans : Romances
Ecrire un commentaire - Voir les 10 commentaires
Jeudi 8 septembre 4 08 /09 /Sep 20:00

TheLadyMostLikely.jpg

 

Three of the brightest stars of historical romance invite you to a party at the countryhome of the Honorable Marquess of Finchley

Hugh Dunne, the Earl of Briarly, needs a wife, so his sisterhands him a list of delectable damsels and promises to invite them -and a few other gentlemen -to her country house for whatis sure to be the event of the season.

Hugh will have time to woo whichever lady he most desires....Unless someone else snatches her first.

The invitation list includes:

·         The horse-mad but irresistibly handsome Earl of Briarly

·         The always outspoken Miss Katherine Peyton

·         The dashing war hero Captain Neill Oakes

·         The impossibly beautiful (and painfully shy) Miss Gwendolyn Passmore

·         The terribly eligible new Earl of Charters

·         The widowed Lady Georgina Sorrell (who has no plans to marry, ever)

And your hostess, Lady Carolyn Finchley, an irrepressiblematchmaker who plans to find the lady most likely... to capture her brother's untamed heart.

 

*****************************

 

Julia Quinn, Connie Brockway, Eloisa James. Trois grandes dames de la romance actuelle (enfin la Regency Romance, mais écrite et publiée aujourd’hui). Vous le savez déjà, j’adore Eloisa James. De Connie Brockway, j’ai seulement lu My Dearest Enemy, dont je n’ai pas parlé ici (pas encore, du moins), mais que j’ai beaucoup aimé. Il me restait Julia Quinn à découvrir, ce qui est chose faite (depuis, j’ai acheté plusieurs de ses romans, la faute à Fashion, bien entendu).

 

The Lady Most Likely est un roman à six mains, trois auteures donc. Attention, ce n’est pas un recueil de trois nouvelles différentes, mais bien une même histoire, mettant en scène trois couples qui se forment. L’introduction et la conclusion de l’histoire est commune, chaque auteure a ensuite écrit sa partie (Julia Quinn a écrit la première, puis Connie Brockway a pris la relève et enfin, Eloisa James, pour le dernier couple). Et pour qui connait les auteures, il est facile de reconnaître le style de chacune !

 

L’histoire : Lord Hugh, dresseur de cheveaux et passionné d’équitation, décide qu’il est grand temps de se marier et de « produire un héritier. » Très peu porté sur les affaires mondaines, les rencontres et tout et tout, Hugh demande à sa soeur, Lady Carolyn Finchley, de lui dresser une liste de quelques jeunes filles éligibles, qu’il se chargera de courtiser, avant d’épouser celle qui aura retenu son attention (oui, ça fait très recrutement de personnel, je ne vous le fais pas dire !). Carolyn décide donc d’inviter tout ce beau monde chez elle, avec quelques gentlemen, afin que ce soit moins louche (et si elle pouvait trouver un mari à Georgina, sa meilleure amie, veuve, par la même occasion, elle ferait d’une pierre deux coups !).

 

C’est ainsi que pendant une semaine, gentlemen et ladies vont se cottoyer, flirter, se déclarer... mais pas exactement tel que Carolyn l’avait prévu ! Quelle sera donc la jeune femme qui fera craquer son rebelle de frère ? Ne verra-t-il pas sa préférée lui passer sous le nez ? Diantre ! Quel suspense !

 

Je me suis régalée avec ce roman, chers lecteurs, et ce, malgré les quelques reproches que j’ai à lui faire, le premier étant que trois histoires d’amour en l’espace de 300 pages, ça demande de faire des concessions sur le plan du développement des personnages et de l’intrigue amoureuse ! J’avoue que c’est un peu rapide. Les trois couples se forment en un clin d’oeil et l’on redéfinit pour l’un d’eux le terme coup de foudre. Les déclarations d’amour fusent assez rapidement, tout de même...

 

Cependant, chaque histoire est plutôt savoureuse et bourrée d’humour. Enfin, surtout chez Julia Quinn. La partie de Connie Brockway est celle qui m’a le moins plus, parce que c’est celle qui m’a le moins touchée. J’ai eu du mal à m’intéresser autant aux personnages que pour les parties de JQ et d’EJ. Ce petit bémol étant parfaitement rattrapé par les deux autres parties, qui ont su toucher mon petit coeur en guimauve, me donner des papillons dans le ventre (surtout la première, romantique à souhait !!!), me faire rêver à des balades à cheval dans la nature... et de me donner envie de voir et/ou de lire des pièces des Shakespeare (car pour celles qui l’ignorent, Eloisa James, dans la vraie vie, est professeur de lettres, et elle enseigne... Shakespeare ! À la fac ! Alors vous vous doutez bien que ses romans ne manquent pas de références par-ci et par-là à l’œuvre shakespearienne !)

 

Un roman à six mains qui se dévore comme un petit pain aux pépites de chocolat, qui réconforte comme un bon chocolat chaud et qui ne manquera pas de séduire la romantique qui sommeille en chaque femme... Un très bon moment de lecture !!

 

Le billet de Chi-Chi, dont j'ai découvert le blog il y a peu, pour mon plus grand plaisir (mais pas celui de mon banquier, étonnamment. Les banquiers sont des personnes parfaitement rabat-joie...)

 

TheLadyMostLikely(Titre original) The Lady Most Likely

Julia Quinn, Connie Brockway et Eloisa James

Par Pimpi - Publié dans : Romances
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Jeudi 1 septembre 4 01 /09 /Sep 18:00

LastNightsScandal.jpg

 

After surviving the perils of Egypt, Peregrine Dalmay, Earl of Lisle, is back in London, facing the most dire threat of all: his irrational family . . . and Miss Olivia Wingate-Carsington. A descendant of notoriou but very aristocratic swindlers, the delectable redhead has the ability to completely unhinge him and a long history of dragging him into her scandalous schemes.

 

Olivia may be Society's darling, but she's aware a respectable future looms menacingly. And so when Lisle is forced to go on a family mission, she sees this as the perfect chance for one last adventure, even if it is with the one man in the world she can't wrap around her finger. But really, she only wants to help...

 

Which is why Lisle and Olivia find themselves in a gloomy Scottish castle inhabited by spiteful ghosts and craven murderers . . . and a shocking secret: the greatest peril of all may be burning within their own stubborn hearts.

 

 

*****************************

 

Loretta Chase est une auteure d’historical romance novels (et même, des Regency romance novels, si vous voulez tout savoir) que j’avais depuis bien longtemps envie de découvrir, et qui campait dans ma LAL depuis une éternité. L’avis de Fashion sur un de ses romans (celui dont il sera question aujourd’hui) a fini de me convaincre qu’elle et moi, nous étions faites pour nous entendre. Lors d’une virée en librairie avec Karine, j’ai donc fait l’acquisition de Last Night’s Scandal, Lady Carsington en français, dont j’avais entendu beaucoup de bien par ailleurs.

 

Ce roman met en scène deux personnages extrêmement attachants, un homme et une femme (avouez que vous ne vous y attendiez pas, à celle-là !). D’un côté, nous avons Olivia, rebelle à la tête dure, dont l’impulsivité lui vaut de défrayer la chronique sur une base régulière et qui se voit exilée tous les quatre matins afin de laisser le dernier scandale en date retomber. Rousse et belle à couper le souffle, assoiffée d’aventure, brimée par sa condition de femme destinée à se marier et faire bien sagement des enfants, Olivia saute sur toutes les occasions de vivre le grand frisson de l’aventure, n’hésitant pas à porter un pantalon et à monter à cheval comme un homme.

 

Face à elle, Lisle, devenu archéologue par les hasards de la vue. L’archétype même de l’homme terre-à-terre, pour qui les faits, seulement les faits, et uniquement les faits, passent avant tout le reste, Lisle est aussi son ami d’enfance. Adolescent, il a « fuit » Londres et sa famille en la compagne de son oncle et de sa tante, trouvant refuge en Égypte et apprendant à leurs côtés à aimer ce pays chaud et dangereux aux mystères qui ne demandent qu’à être découverts. Lisle est une personne tout aussi colérique qu’Olivia, mais il a les pieds sur terre et refuse de se laisser emporter par l’imagination. Aujourd’hui, après 10 ans d’absence, il est de retour à Londres et ce qu’il y trouve est loin de correspondre à ce qu’il s’attendait à y trouver, et face à Olivia, à sa famille, et aux choix qui s’imposent à lui, l’Égypte lui semble d’un seul coup bien plus tranquille...

 

Alors quand son père lui demande de partir en Écosse surperviser les réparations du château que la famille possède là-bas, afin de comprendre ce qu’il s’y passe, son premier réflexe est de refuser. Les combines d’Olivia (qui ne voulait pourtant que lui rendre service, à cet ingrat) l’obligeront à revoir sa position et à se précipiter dans ce pays froid et lugubre où on ne comprend pas ce que les gens vous disent. Là-bas, il devra non seulement gérer des ouvriers récalcitrants, un fantôme et une chasse au trésor, mais aussi Olivia, sa soif d’aventure... et ses jambes, si magnifiques...

 

Drôle. Ce roman est très très drôle. On glousse à la lecture de certains épisodes, on s’évente à la lecture de certains autres. Le style de Loretta Chase est irrésistible, tout comme ses personnages, attachants et imparfaits. L’histoire est romantique à souhait, le thème des amis d’enfance qui se découvrent amoureux, bien qu’éculé, est traité de manière irrésistiblement drôle. Exaspérante et attachante, Olivia est un personnage que j’ai adoré. Pragmatique et passionné, Lisle m’a séduite au chapitre 2. Et je ne vous parle pas des deux chaperons d’Olivia, qui n’aiment rien tant que reluquer les messieurs et parler sexe à longueur de journée... Irrésistible, je vous le dis !!!

 

En bref, chers lecteurs, une très très belle découverte pour moi que cette auteure, dont j’ai acheté d’autres livres depuis. Une nouvelle addiction en devenir !!

 

LastNightsScandal(Titre original) Last Night’s Scandal

(Traduction) Lady Carsington

Loretta Chase

Par Pimpi - Publié dans : Romances
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Dimanche 24 juillet 7 24 /07 /Juil 06:00

MariagePourUneRebelle.jpg

 

Lâchement plaquée par son fiancé sur un plateau de télévision où l’on se dit « oui » devant des millions de téléspectateurs, Casey tente de s’éclipser discrètement. Mais cette dérobade n’est pas du tout du goût du millionnaire Adam Carmichael, directeur de la chaîne aussi séduisant qu’autoritaire. Déterminé à sauver la soirée, et sa ravissante candidate au mariage, il prend in extremis la place du fiancé — et épouse Casey sous le regard des caméras. Il sera bien temps de faire annuler ce mariage factice, pense-t-il. Sauf que, au matin de leurs « noces », Adam et Casey découvrent que leur mariage est bel et bien légal. Et qu’il leur faut cohabiter un an avant d’obtenir une annulation…

 

*****************************

 

Il était une fois, des romans harlequin gratuits à télécharger.

Il était une fois, trois copines (d’aucuns diraient trois folles, mais vous savez ce que l’on dit de la bave du crapeau) qui avaient envie de s’amuser.

Il était une fois, un grand moment de lecture... comme seul Harlequin, le champion de l’amûûûûûûûr peut nous procurer. Qu’est-ce qu’il est fort Harlequin !!! J’avoue que je ne me suis pas encore tout à fait remise de la tournure qu’ont pris les événements dans Mariage pour une rebelle et que la poésie du roman m’a laissée littéralement pantoise...

 

Tout commence dans les coulisses d’un plateau télé. Adam Carmichael, producteur, est tranquillement en train de travailler dans son bureau quand il entend du bruit dehors.

 

« Aïe, une des mariées qui prenait la poudre d’escampette ! »

 

Notez l’économie de mots dans la présentation de la situation. La lectrice avertie devine tout de suite que la mariée en question sera au centre de l’histoire. Elle comprend aussitôt le titre aussi. Une mariée qui prend la poudre d’escampette est forcément une rebelle, m’enfin !

Après deux secondes de réflexion, la lectrice devine aussi qu’il ne s’agit pas de mariages conventionnels...  déjà, des mariages à plusieurs, c’est quand même pas courant. Ce qui vient renforcer le côté rebelle de l’affaire. Pourquoi se contenter d’un mariage simple, dans une église, quand on peut avoir le scandale ? Et la mention, à la première phrase, d’un dossier, donne à penser que nous nous trouvons dans des bureaux. Aidée de la 4è de couv, la lectrice avertit n’aura aucun mal à identifier les studios de production...

Voilà donc comment, en deux temps trois mouvements, la situation est posée. Rapide, efficace. Du Harlequin dans la plus pure expression de son art.

 

Curieux, Adam sort de son bureau...

 

« Il sentit contre son torse la pression douce et ferme de sa poitrine, et un flot de cheveux dorés lui caressa le menton. »

 

Hum.... ok. Moi, quand je bouscule quelqu’un dans un couloir, c’est bizarre, mais ça ne se passe jamais comme ça. En général, je fais tomber tout ce que j’ai dans les mains, je broie a) le pied de mon vis-à-vis et b) mon bras contre le mur sur lequel je rebondis FORCÉMENT.

En même temps, si ma vie était du Harlequin, ça se saurait. Casey, elle, a une poitrine parfaite, elle n’est pas bourrin comme moi et c’est avec grâce et sensualité qu’elle bouscule Adam.

 

Fastforward.

 

Dans le bureau d’Adam, Casey et lui ont une conversation. Casey confie ses doutes à Adam, dont le cynisme l’oreille compatissante saura la convaincre de retourner sur le plateau. Mais Casey n’est pas n’importe quelle femme. Elle cherche « l’homme qui [l]’adorera ». C’est pas courant, quand même, ça !! Alors avec un tel projet de vie, c’est normal qu’on ait des doutes, non ?

Sauf qu’Adam, le célibataire le plus en vue de Memphis, n’a que faire de ses foutaises ! « Cet oiseau rare n’existe probablement pas. Epousez donc Joe et contentezvous de ce que la vie vous offre. » Un Homme, un vrai, donc, cet Adam. Désabusé et cynique. Limite macho, quand même, en plus d’être beau. Bref, l’homme idéal quoi. Surtout quand il refuse de vous prêter sa voiture.

 

Fastforward.

Sur le plateau s’enchaînent les mariages. Casey passe en dernier. Joe arrive. Ce qu’il ne sait pas encore, c’est qu’il est là pour épouser Casey. Et forcément, comme tout anti-héros harlequin qui se respecte.... il répond haut et fort à Casey.... NON !

Catastroooooooooooophe ! Adam est attéré ! Non, mais, et l’audimat alors ???? Qu’à cela ne tienne, c’est lui-même, célibataire le plus en vue de Memphis, qui va épouser Casey ! Ahhhh, surpriiiiiiiiiise !

 

Fastforward.

Dans la suite de luxe de Casey et Adam. Casey pose son « petit derrière si mignon » sur le rebord de la fenêtre et Adam en oublie presque de respirer. Diantre, elle est mignonne, sa femme !

Mais interdiction de consommer le mariage, sinon, il ne pourra pas être annulé ! (bah, oui, le dévouement a des limites).

Sauf que bon, Adam attend un héritage de son père. Héritage qu’il ne pourra toucher que s’il est marié à 30 ans. Tiens, mais, ne vient-il pas juste de se marier ? Et si on faisait semblant, genre, un mois, le temps que je touche mon héritage, ma chérie ? Et en plus, ça vous rendrait service, comme ça, vous ne seriez plus la gourde de service de votre père, de votre soeur et de votre frère (non, pas de mère, elle est morte...).

Oooooh, mais quelle bonne idée, Adam très cher ! Allons-y, allonso, soyons égoïste, un peu, que diable ! Oh, et si vous pouviez demander au directeur de l’hôtel de trouver un meilleur poste à cette pauvre femme de chambre, un titre de séjour pour elle et son frère/mari (j’ai oublié), vous seriez bien urbain !

 

Fastforward.

Tiens, ma belle-mère ! Héloise, vous ici ! Tiens, mon avocat ! Tiens, mon avocat, amoureux de ma belle-mère, qui lui fait un compliment d’un romantisme fou : « Vous êtes d’une fraîcheur croquante, Héloise ! ».... Ça, pour du compliment..... du jamais vu !

Tiens, mon avocat qui embrasse fougueusement ma belle-mère ! Tiens, ma belle-mère qui aime ça !

 

 

Fastforward.

Ma chérie, faisons l’amour. Je vous désire.

Le lendemain. Ma chérie, faisons l’amour. Je vous désire.

Le lendemain. Ma chérie, faisons l’amour. Je vous désire.

Le lendemain. Non, mais, un pique-nique, ça vous tente-tu ? Et si on rentrait à la maison, après, ma chérie ?

Le lendemain... Non, mais en fait... bon, comment dire. On aurait pas dû faire l’amour, ma chérie, c’était une erreur !

Euuuuh.... tu m’niaises, là ?

 

Et c’est comme ça tout du long.

Casey a une voiture toute pourrie, sur laquelle elle a collé un autocollant « Si tu me trouves sexy, klaxone ». Moui, moui, véridique !

Casey est une bonne poire généreuse.

Casey est aspirante écrivaine. Oui madame. Et devinez quoi ? Elle aura un succès monstre, dès son premier bouquin, qu’elle écrit en quelques semaines ! Eeeeeeh si ! Ça vous rend rêveur, hein ??

Casey est excellente cuisinière aussi. Meilleure que la gouvernante d’Adam ! Même qu’Adam acceptera que le mardi soir, elle ne lui serve pas le steak tant attendu (celui pour lequel il a peu déjeuné le midi), mais une excellente salade de poulet (ah non, pardon, la gouvernante étai encore là, la salade de poulet, c’est elle, bien qu’à son corps défendant).

Casey est fine psychologue aussi. Dès qu’elle voit l’Aston Martin d’Adam, elle comprend aussitôt qu’il refoule son désir de devenir pilote de course. Et elle le lui dit.

 

Après quelques rebondissements de ouf, dont je ne parlerai point pour ménager le suspense (ne me remerciez pas, que ne ferais-je pas pour vous), tout est bien qui fini bien. Par une entourloupe sortie de je ne sais où, Adam et Casey finiront heureux, riches et célèbres. Qui l’eut cru ???

 

Mouahahahahaha !!! Harlequin, c’est VRAIMENT le champion de l’amûûûr !!!

 

Les billets de mes comparses de lecture, Cess et Sandy, qui sont toutes les deux aussi pantoises d’admiration devant un tel chef d’oeuvre. Sérieusement, on sous-estime beaucoup la portée philosophique du Harlequin...

 

MariagePourUneRebelle(Titre original) Married by mistake

(Traduction) Mariage pour une rebelle

Abby Gaines

Par Pimpi - Publié dans : Romances
Ecrire un commentaire - Voir les 11 commentaires
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés