Gin Tonic et concombre – Rafaële Germain

Publié le par Pimpi



À trente-deux ans, Marine Vandale attend encore le grand amour. Celui qui décoiffe, qui jette par terre, qui fait peur et qui rend fou. "C'est pas en passant tout son temps avec trois gars que tu vas le trouver, en tout cas!" lui répète sa mère. C'est que Marine, son ex Laurent, son coloc Jeff et leur meilleur ami Julien sont inséparables. Ensemble, ils tâchent de naviguer dans les eaux troubles de la trentaine, de devenir de vrais adultes et d'apprivoiser l'amour.

 

Mais ce qui semblait un jeu d'enfants autrefois l'est de moins en moins, et les gaffes d'aujourd'hui n'ont plus la légèreté de celles de leurs vingt ans. Pourtant, ils continuent d'espérer, chacun à sa manière. Et de rencontre en rencontre, d'homme en homme, au travers de mille situations qu'elle décrit comme étant du « véritable théâtre d'été », Marine persiste à croire qu'un jour elle prouvera à sa mère que contre l'amour on ne peut rien faire.

 

*************************

 

La chick lit et moi, c’est une grande histoire d’amour. C’est toujours vers ce genre littéraire que je me tourne dans les passages à vide. Parce que c’est facile à lire, parce que c’est drôle, la plupart du temps, parce que l’héroïne est souvent une fille un peu paumée, comme moi. Parce que les histoires se finissent toujours bien et qu’en prime, il y a souvent des bô gôsses, ce qui ne se refuse jamais. Et puis, j’aime bien ça, moi, les histoires d’amour (si vous trouvez plus midinette que moi, faites-moi signe). Alors quand Karine :) m’a proposé de me prêter le deuxième roman de Rafaëlle Germain, j’ai sauté sur l’occasion, même si je savais que son avis était moyen… J'avais de toute façon tellement aimé le premier...

 

Marine, 32 ans, vit dans une bulle avec ses trois meilleurs amis, trois hommes d’une petite quarantaine. Il y a son ex, Laurent, devenu son meilleur ami. Il y a son colloc’, Jeff, lui aussi son meilleur ami. Et il y a Julien, gay, aussi son meilleur ami. Comme toutes les trentenaires célibataires de ce genre littéraire, Marine court après l’amour. Sauf que la vie serait bien morne si on ne se prenait pas la tête comme une adolescente, à décortiquer le moindre mot, le moindre geste, à s’inventer des problèmes qu’on n’a pas forcément parce qu’on réfléchit trop, bref, à tout tourner en soap opéra… Alors quand Gabriel, médecin urgentiste, arrive dans sa vie, elle ne peut pas ne pas se poser de questions. Surtout qu’il se passe des choses en parallèle qui lui donne bien du trouble et qu’elle ne sait plus trop où elle en est…

 

Ce roman est très très bon. Par là, j’entends qu’il remplit complètement son rôle. On passe de très bon moments de lecture, on rigole, on se trouble tout autant que Marine. Ça n’a pas été le coup de cœur qu’avait été Soutien-gorge rose et veston noir en son temps (aaaah, Antoine), mais il n’arrive pas loin derrière. Et pour être complètement honnête, si j’ai beaucoup aimé l’histoire, suivre les questionnements de l’héroïne dans lesquels j’ai parfois eu l’impression de me retrouver (du moins sur certains aspects), la raison principale de mon engouement, c’est que ce roman regorge des fleurons de la langue québécoise familière et que J’AI TOUT COMPRIS !!!! J’ai même retrouvé des expressions que j’ai souvent entendu une amie prononcer (elle se reconnaîtra) ! Bref, je suis toute excitée par le fait que si je ne le parle pas couramment, je suis au point pour une conversation avec des Québécois trentenaires !!! Eille ! C’est-tu pas l’fun, ça ?

 

Pour continuer dans mon honnêteté sans borne, j’ai un petit bémol pour la fin. J’aurais aimé un autre développement, une autre déclaration d’amour qui n’est jamais venue, un autre couple que celui qui s’est formé… Mais mis à part ça, j’ai adoré !! (avec une petite mention pour la correspondance épistolaire avec Fred, le frangin de Marine parti écrire un roman à Paris, que je trouve toujours très drôle et qui vient s’intercaler entre chaque chapitre).

 

En conclusion, chers lecteurs, je vais continuer de suivre cette auteure, car je l’aime pas mal bien !!!

 

Et merci à Karine pour le prêt !!! Il m’a fait du bien, ce livre !

 

Gin tonic et concombre

Rafaëlle Germain

4 /5

 

***********************

 

Ce roman n'entre dans le cadre d'absolument aucun défi... on ne peut pas être bon partout!

Publié dans Chick lit

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anonyme 28/04/2010 22:09



Quel gâchis ! J'ai eu l'impression de relire SOUTIEN-GORGE ROSE ET VESTON NOIR une deuxième fois !



Pimpi 29/04/2010 00:27



C'est un peu ça, en fait, oui!!



Grominou 06/12/2009 02:07


Personnellement j'avais trouvé le premier amusant mais plutôt mal écrit et trop prévisible...  Du coup j'ai moins envie de lire celui-là!  Peut-être un jour, lors d'un passage à vide!


Pimpi 07/12/2009 18:05


Mal écrit, ah bon? Tiens, ça ne m'avait pas frappée....


yueyin 30/11/2009 22:20


J'avais adorré Soutien gorge rose et veston noir (aujourd'hui enfoui dans la pal de fashion depuis bien un an ou deux, si tu me mis fash, lis le tu aimeras :-))) du coup j'aimerai bien lire
celui-là mais il sort pas en poche, c'est pô juste !!!!


Pimpi 01/12/2009 14:01


AAaaah, toi aussi, tu avais été conquise par Antoine???
Celui-ci, je l'ai lu parce que Karine l'a laissé chez moi quand tu es repartie!! J'ai toujours Paul aussi...


Maribel 29/11/2009 02:18


Non. J'avais noté le nom de l'auteure, mais je n'ai jamais lu ses livres encore.


Pimpi 30/11/2009 20:53


C'est très très bien, j'aime beaucoup!


Maribel 28/11/2009 06:42


J'aime bien la chick lit en général (Sophie Kinsella, Meg Cabot...) mais ici, sans avoir détesté, je suis restée plutôt indifférente aux histoires. Je ne sais pas trop pourquoi! Dommage, car c'est
québécois.


Pimpi 29/11/2009 00:03


Oui, c'est vrai que c'est dommage, mais il ne faut pas se forcer.... on ne peut pas tout aimer !!! Moi aussi, j'aime Sophie Kinsella et Meg Cabot !!!!! Et tu connais Emily Giffin????